Dissolution de l’Assemblée Nationale : notre indépendance ce sont les revendications !

Dissolution de l’Assemblée Nationale : notre indépendance ce sont les revendications !

Adhérent, adhérente du SNUDI-FO 53,

La situation actuelle ne laisse personne indifférent. C’est dans ce contexte, que je rappelle à tous que la Confédération Générale du Travail Force ouvrière s’est construite sur l’indépendance des gouvernements, des partis et des églises et sur le rejet de toute emprise et toute instrumentalisation politique.

Je rappelle également que FO, depuis son origine, refuse toute forme de racisme, ou de discriminations, qui sont des instruments pour diviser les travailleurs et pour les affaiblir.

Ton syndicat, le SNUDI-FO 53, avec son syndicat national, sa fédération (FNEC-FP FO) et son Union Départementale (UD-FO 53) restera uniquement sur le terrain social et syndical pour faire valoir les revendications, en indépendance toujours, et uniquement pour défendre les intérêts moraux et matériels des salariés.

Comme son Union Départementale, le SNUDI-FO 53 ne donnera aucune consigne de vote, car c’est de la responsabilité d’un syndicat indépendant. Un syndicat indépendant n’est pas directeur de conscience. Le SNUDI-FO 53 laisse chacun, comme citoyen éclairé, la liberté de participer ou non aux manifestations des prochains jours.

Le SNUDI-FO 53 fait sienne la motion de l’UD FO 53, élaborée et adoptée à l’unanimité par la commission exécutive de l’Union Départementale FO. Je vous invite à en prendre connaissance. Vous la trouverez ci-dessous.

Bien amicalement,

Stève Gaudin, secrétaire départemental

Motion à télécharger

Réunie le 10 juin 2024, la commission exécutive de l’Union Départementale cgt-FORCE OUVRIERE de la Mayenne prend acte de la décision du président de la République de dissoudre l’Assemblée Nationale. De nouvelles élections législatives sont organisées. 

Notre indépendance ce sont nos revendications !
L’indépendance contre l’union nationale !
L’indépendance syndicale est LA condition du combat revendicatif !

Libre et indépendante, l’UD-FO 53 ne donnera aucune consigne de vote, et continuera de porter ses revendications. Pour autant, indépendance ne signifie pas apolitisme. L’UD-FO 53 ne peut pas être indifférente à la situation sociale actuelle. Les politiques anti-sociales et de rejet de l’autre, menées depuis des mois sont démocratiquement suicidaires, nous n’avons cessé de le marteler.

Cette situation intenable, seul le gouvernement en porte la responsabilité. Elle est le fruit des contre-réformes et des bas salaires, la conséquence des obstinations de Macron et de son gouvernement qui restent sourds aux revendications légitimes des salariés, des sans-emplois et des exploités de ce pays. Dans ce contexte, la colère fait place parfois à la résignation, terreau idéal pour les idées réactionnaires et fascisantes. 

L’UD-FO 53 réaffirme son refus de toute forme de racisme, d’antisémitisme, et de toutes les discriminations, qui sont des instruments pour diviser les travailleurs et pour les affaiblir. 

Pour occulter sa propre responsabilité dans la situation actuelle et faire taire la colère qui s’exprime contre sa politique de destruction des conquêtes sociales, le gouvernement Macron va tenter d’imposer une « union nationale », au détriment de la reconnaissance des intérêts particuliers et collectifs de la classe ouvrière. Ce n’est pas la voie qu’empruntera Force Ouvrière. S’il nous faut aujourd’hui trouver une voie, celle-ci n’aura qu’un objectif : la satisfaction des revendications. C’est la seule voie possible pour des syndicalistes libres et indépendants. 

Face à la situation sociale intenable, regroupons-nous, agissons et organisons la nécessaire riposte interprofessionnelle dans l’unité la plus large, élections législatives ou non, jeux olympiques ou non. Il n’y aura pas de trêve pour les revendications.

Osons le combat, tous ensemble notamment pour :

▪    L’abrogation de la réforme Macron-Borne des retraites, retour à la retraite à 60 ans (et 37,5 annuités pour une retraite sans décote)
▪    L’augmentation générale des salaires, de la valeur du point d’indice, des minimas sociaux et des pensions
▪    L’abrogation de la loi immigration
▪    L’abandon du projet de réforme de l’assurance chômage
▪    L’abandon du projet de loi Fonction Publique Guérini.

PAIX, PAIN, LIBERTE : l’UD-FO 53 réaffirme son exigence de cessez-le-feu permanent en Palestine comme en Ukraine, ainsi que la fin de l’économie de guerre, la restitution des milliards d’économies faites sur le dos des travailleurs.  

L’UD-FO 53 combattra toujours les dérives autoritaires qui visent à faire taire la contestation syndicale et réaffirme son exigence du respect intégral des libertés publiques, des libertés syndicales, du droit de manifester, du droit de se réunir et de la liberté d’expression. 

 Adoptée à l’unanimité de la commission exécutive, à Laval, le 10 juin 2024

Kits « pédagogiques » JO

Kits « pédagogiques » JO

Dans le cadre des 10 milliards d’€ d’économies annoncés par le gouvernement, une saignée inédite est programmée dans les écoles publiques avec de nouvelles suppressions de postes à hauteur de 138 millions d’€. Celles-ci vont se rajouter aux 650 postes déjà supprimés pour la rentrée scolaire 2024 et aux multiples fermetures de classes ayant eu lieu dans les départements en dépit de la résistance des personnels et des parents d’élèves.

D’autre part, le ministre de la Transformation et de la Fonction publique Guérini a confirmé que la valeur du point d’indice serait gelée en 2024 condamnant les fonctionnaires à une nouvelle chute de leur pouvoir d’achat, qui est évaluée à 28,5% depuis 2000.

C’est dans ce contexte d’attaques sans précédent contre l’Ecole publique et les personnels que le gouvernement a décidé d’expédier à tous les élèves scolarisés du CP au CM2 un « kit » relatif aux prochains Jeux Olympiques contenant notamment :

  • un livret d’un intérêt pédagogique très relatif puisqu’il comprend des écrits du président Macron, de la ministre des sports Oudéa-Castera et de l’ex-ministre de l’Education nationale Attal, ainsi que des mots croisés et des charades…
  • une pièce commémorative de 2€…

Coût de cette lamentable opération de communication : 16 millions d’€ !

Au-delà de la gabegie que représente cette opération, elle pose le problème de fond du respect de la laïcité à géométrie apparemment variable pour ce gouvernement. L’intérêt pédagogique est nul, mais la propagande politique est bien présente et tombe « bien” ou “mal” selon où l’on se place, en pleine campagne électorale !

De plus, la manipulation d’argent par les jeunes élèves, proscrite en milieu scolaire, peut rapidement poser problème. Le ministère assigne une tâche supplémentaire aux directrices et directeurs en leur demandant de veiller sur ce « magot » en le stockant dans une pièce sécurisée, en attendant la communication officielle avant de le distribuer !

Aucune provocation ne sera décidément épargnée aux personnels, qui voient leurs conditions de travail et les conditions d’apprentissage de leurs élèves se dégrader constamment du fait des mesures de ce gouvernement !

Les enseignants sont là pour enseigner, pas pour relayer la propagande gouvernementale !

Le SNUDI-FO rappelle que, dans le cadre de leur liberté pédagogique, les personnels ne sont pas tenus de distribuer ces kits prétendument pédagogiques à leurs élèves. Nous appelons les collègues qui choisissent de ne pas les distribuer, à retourner ce matériel à la DSDEN.

Le SNUDI-FO exige du gouvernement qu’il renonce à ses 10 milliards de coupes budgétaires, qu’il réponde aux revendications des personnels plutôt que d’imposer sa propagande :

  • Annulations de toutes les suppressions de postes prévues pour la rentrée 2024 et création de tous les postes nécessaires !
  • Abandon de toutes les contre-réformes, de la loi Rilhac aux évaluations d’école et passant par les mesures du « chocs des savoirs » !
  • Augmentation immédiate de 10% de la valeur du point d’indice et ouverture de négociation pour le rattrapage de la perte de 28,5% de pouvoir d’achat depuis 2000 !

Congrès départemental du SNUDI-FO 53

Congrès départemental du SNUDI-FO 53

Mardi 28 mai, le congrès du SNUDI-FO 53 a réuni une quarantaine de PE et AESH à Laval, en présence de Frédéric Volle, secrétaire général du SNUDI-FO (national) et Sébastien Lardeux, secrétaire général de l’UD FO 53. 

Les rapports d’activité et de trésorerie ont été adoptés à l’unanimité.

Les discussions ont été riches, et les interventions nombreuses, avec au centre la situation internationale, l’état de délabrement des services publics, et de notre École Publique. Dans les débats : la question des salaires, du manque de postes (manque de remplaçants, fermetures de classes, manque de RASED…), et sur toutes les lèvres, les conséquences de l’inclusion au forceps, contre les besoins de nos élèves, et qui nous place parfois dans des situations de maltraitance et de culpabilisation insupportables.

Un mandat clair a été fixé pour les deux années à venir, avec une résolution adoptée à l’unanimité (moins 1 abstention).

Le premier syndicat des Écoles Publiques de la Mayenne sort encore renforcé de ce congrès, avec des instances renouvelées qui intègrent davantage d’AESH. 

35 correspondants de secteur sont répartis sur l’ensemble du département, un conseil syndical de 28 membres et un bureau départemental de 8 collègues constituent la nouvelle équipe du SNUDI-FO 53.

Pour résister, agir et reprendre ce que nous avons déjà trop perdu, pour mettre en échec les contre-réformes à venir (Choc des savoirs, projet Guérini, Acte 2 de l’école inclusive, loi Rilhac 2…), pour défendre vos droits, le syndicat est, et restera aux côtés des personnels de l’Education Nationale.

Rejoignez le syndicat libre et indépendant, syndiquez-vous !


La résolution adoptée


NomPrénomPosteEtablissementVille
ANGOTEMILIEAdjointeEcole primaire publiqueVimartin-sur-Orthe
BELLANANAISRemplaçanteCollège Jules RenardLaval
BIZEUL GOSSANTCELINETRSEcole élémentaire publiqueChâteau-Gontier-sur-Mayenne
BONNANDCATHERINEAdjointeEcole Beaulieu sur OudonBeaulieu sur Oudon
BOHECMAGALIRemplaçanteEcole Constance LainéCraon
COLNOTHELENETRSEcole primaire publiqueBallots
DENUAULTYOANNAdjointEcole élémentaire publiqueSaint-Denis-d’Anjou
DESERTMarieAESHEcole Constance LainéCraon
DESTOOPCATHERINEDirectionEcole élémentaire publique Louise MichelMayenne
GANNEMARTINEAdjointeEcole maternelle  MicheletLaval
GAUDINStèveRemplaçantEcole J. Jaurès élémentaireCossé le Vivien
GAYSSOTFREDERICDirectionEcole élémentaire publiqueSaint-Denis-d’Anjou
GERVOTNathalieERSESHMayenne – Ambrières
GUIHALJENNIFERAdjointeEcole élémentaire publiqueChâteau-Gontier-sur-Mayenne
HASCOETNathalieAdjointeEcole de la GravelleLa Gravelle
HELLARDSAMUELAdjointUEMA le Petit PrinceLaval
HUNOTCLOTILDEDirectionEcole élémentaire publiqueRuillé-Froid-Fonds
KERBRATMORGANEDirectionEcole maternelle publiqueSaint-Denis-d’Anjou
LAGEISTEMurielAESHEcole élémentaire publique Jules FerrySaint-Pierre-la-Cour
LE FELLICEVELYNEAdjointeEcole primaire publiqueChangé
LEBLANCLAURAPESEcole maternelle Louis PergaudLaval
LEDAUPHINMARIONAdjointeEcole primaire publique HilardLaval
LEGAINATHALIEAdjointeEcole primaire publique Henri MatisseMarcillé-la-Ville
MARTINEMELINEAdjointeEcole maternelle publiqueGorron
MENDOCABRIGITTEAESHBadinterLaval
MOQUETJean-PierreRetraitéMayenne
NACHITAUROREAESHBadinterLaval
ORAINFABIENASH IME Leon-DoudardMontaudin
OREVETHIERRYDirectionEcole élémentaire publiqueRavigny
PICCHIOTTINOCHLOEDirectionEcole élémentaire publique eugène hairyLaval
PICHONCECILEAdjointeEcole primaire publiqueBais
RECHESANDRAAdjointeEcole élémentaire publique Cousteau Jacques-YvesArgentré
SEIGNEURJULIEAdjointeEcole primaire publique bilingue Henri ChantrelSaint-Ouën-des-Toits
TOUZESEBASTIENDirectionEcole maternelle  MicheletLaval
VALTONMATTHIEUDirectionEcole Constance LainéCraon
BOUTINMARINEDirectionEcole Marlène JobertCharchigné
DUBOURGSOLENEAdjointeEcole élémentaire BadinterLaval
NomPrénomFonctionNom EcoleVille Ecole
ANGOTEMILIEAdjointeEcole primaire publiqueVimartin-sur-Orthe
BELLANANAISRemplaçanteCollège Jules RenardLaval
BIZEUL GOSSANTCELINETRSEcole élémentaire publiqueChâteau-Gontier-sur-Mayenne
BOHECMAGALIRemplaçantEcole Constance LainéCraon
COLNOTHELENETRSEcole primaire publiqueBallots
DENUAULTYOANNAdjointEcole élémentaire publiqueSaint-Denis-d’Anjou
DESERTMarieAESHEcole Constance LainéCraon
DESTOOPCATHERINEDirectionEcole élémentaire publique Louise MichelMayenne
GANNEMARTINEAdjointeEcole maternelle  MicheletLaval
GAUDINStèveRemplaçantEcole J. Jaurès élémentaireCossé le Vivien
GAYSSOTFREDERICDirectionEcole élémentaire publiqueSaint-Denis-d’Anjou
GUIHALJENNIFERAdjointEcole élémentaire publiqueChâteau-Gontier-sur-Mayenne
HELLARDSAMUELAdjointUEMA Le petit princeLaval
LAGEISTEMurielAESHEcole élémentaire publique Jules FerrySaint-Pierre-la-Cour
LE FELLICEVELYNEAdjointeEcole primaire publiqueChangé
MARTINEMELINEAdjointeEcole maternelle publiqueGorron
MENDOCABRIGITTEAESHEcole élémentaire BadinterLaval
MOQUETJean-PierreRetraité
ORAINFABIENASHLeon-DoudardMontaudin
PICHONCECILEAdjointeEcole primaire publiqueBais
RECHESANDRAAdjointeEcole élémentaire publique Cousteau Jacques-YvesArgentré
SEIGNEURJULIEAdjointeEcole primaire publique bilingue Henri ChantrelSaint-Ouën-des-Toits
TOUZESEBASTIENDirectionEcole maternelle  MicheletLaval
BLANCHETANTOINERemplaçantEcole Louise MicheletMayenne
BOULIOUSTEPHANIEDirectionEcole primaire publique HilardLaval
GERVOTNATHALIEERESHMayenne – Ambrières
GRANDETPascalRetraité
TESSIERANNE LAUREAdjointeEcole primaire publique Denise RaymontChâtillon-sur-Colmont
NomPrénomFonctionNom EcoleVille Ecole
COLNOTHELENETRSEcole primaire publiqueBallots
GAUDINStèveRemplaçantEcole J. Jaurès élémentaireCossé le Vivien
GAYSSOTFREDERICDirectionEcole élémentaire publiqueSaint-Denis-d’Anjou
LE FELLICEVELYNEAdjointeEcole primaire publiqueChangé
MOQUETJean-PierreRetraité
ORAINFABIENASHLeon-DoudardMontaudin
PICHONCECILEAdjointeEcole primaire publiqueBais
TOUZESEBASTIENDirectionEcole maternelle  MicheletLaval

Secrétaire départemental : Stève Gaudin
Secrétaires adjoints : Hélène Colnot, Frédéric Gayssot
Trésorier : Jean-Pierre Moquet
Trésorier adjoint : Fabien Orain
Archiviste : Sébastien Touzé

1er mai

1er mai

La fête du travail et le muguet c’est Pétain ! Le 1er mai, c’est une journée internationale de lutte et de revendications : Rappel des fondamentaux par Sébastien Lardeux, secrétaire général de l’UD FO de la Mayenne sur France bleu Mayenne dans l’émission « A votre service ». A réécouter ici ⤵️⤵️⤵️

Retour en images sur la manifestation Lavalloise

Rassemblement derrière les banderoles de l’UD FO 53 du SNUDI-FO 53 à 10h00

Le 1er Mai 2024, le SNUDI-FO 53 avec sa fédération la FNEC-FP FO 53 et l’UD FO 53 manifestera contre la politique de l’exécutif et du gouvernement qui s’en prend aux salariés et à leurs droits dans tous les domaines.

Nous manifesterons également, avec les salariés de tous les secteurs, pour revendiquer notamment :

  • Pour nos droits, pour nos conquêtes et droits sociaux, pour un retour à la Sécurité Sociale à ses valeurs fondatrices de 1945
  • Pour des augmentations de salaire et des retraites indexées sur l’inflation
  • Pour l’augmentation du point d’indice, non aux coupes budgétaires dans la fonction publique
  • Pour la défense de tous nos services publics et des recrutements de fonctionnaires à la hauteur des besoins
  • Pour la défense et l’amélioration de l’assurance chômage
  • Pour l’égalité salariale, la défense de toutes nos conventions collectives et de tous nos statuts
  • Pour la défense du Code  du travail, du droit de grève, des libertés et des droits syndicaux 
  • Pour le retrait de la contre-réforme dite « choc des savoirs » et l’abrogation de l’arrêté mettant en place les groupes de niveaux au collège ;
  • Pour l’abrogation de la loi retraite, l’arrêt des suppressions d’emplois …

Avec le CCN de la CGT-FO, l’UD FO 53 réaffirmera le 1er mai « que la Confédération FO ne donnera aucune consigne de vote à l’occasion des élections européennes à venir ».

Le 1er mai c’est avant tout la fête des travailleurs. C’est une journée de lutte internationale. C’est la commémoration des dizaines de morts qui sont tombés en 1886 à, Chicago lors de la manifestation pour revendiquer notamment la journée de 8 heures.

L’histoire du 1er mai a commencé à une époque où la précarité du travail était totale.

C’est aux Etats-Unis, en 1886, plus précisément en Pennsylvanie et dans l’état de New-York, que chaque 1er mai avait lieu un bouleversement général de la classe ouvrière du fait du renouvellement des contrats de travail pour une durée de un an.

C’est ainsi que le terme des contrats de location des maisons et appartements étaient également renouvelés. En fait, c’était une remise en cause des conditions de vie de toutes les familles à la même date. C’est en 1884 que les syndicats américains décidèrent d’imposer par la grève qu’à partir du 1er mai 1886 la durée d’une journée de travail serait de huit heures.

En ce samedi 1er mai 1886 des centaines de milliers d’ouvriers défilèrent dans tout le pays pour cette seule revendication. Exemple à Chicago, quelques quarante mille ouvriers sont en grève. Le 3 mai un affrontement oppose les briseurs de grève aux grévistes d’une usine de matériel agricole et fait malheureusement 4 morts. Un meeting est organisé le lendemain. Alors que les derniers manifestants se dispersent, une bombe éclate. Des dirigeants anarchistes de Chicago seront arrêtés et condamnés à mort. Dès 1889, lors d’un congrès ouvrier, est déclaré qu’il sera organisé une grande manifestation internationale à date fixe, de manière que, dans tous les pays et dans toutes les villes, le jour convenu, les travailleurs mettent les pouvoirs publics en demeure de réduire légalement à huit heures la journée de travail.

Cette date ce fut le 1er mai. Une date symbole.

Depuis, le 1er mai accompagne chaque année le mouvement général du progrès social et des conquêtes ouvrières.

Quand la journée de revendication devint “fête du travail”:

Au fil des années, le retentissement fut tel que les régimes totalitaires voulurent s’emparer du symbole. Le régime de Vichy enveloppa le sang et la lutte associée au 1er mai dans les drapeaux, de ce que le Maréchal Pétain appellera « la fête nationale du travail ». En effet le Maréchal ne pouvait tolérer les manifestations d’indépendance. Au lieu de faire tirer sur les défilés syndicaux, il transforma par la loi la lutte en réjouissances insipides.

La devise de Pétain était : “Travail, Famille, Patrie”.

C’est le 1er mai 1941 que cette journée a été ravalée au rang d’une distraction. Le même jour, le Maréchal exposait les principes de la charte de travail, qui emprisonne les relations sociales dans un corporatisme à la française. L’année précédente, le 16 août 1940, le gouvernement de collaboration publiait une loi interdisant les confédérations syndicales. Il fallait que les intérêts particuliers des classes sociales ne puissent s’exprimer. En 1937, l’État accordait un jour férié, de fait les fonctionnaires n’auraient plus à faire grève pour manifester le 1er mai. Déjà le 1er mai 1921 était déclaré par l’Action française, ennemis du syndicalisme, les prémices de la co-gestion telle que pratiquée aujourd’hui chez nos voisins allemands. Vingt ans plus tard, sous l’œil attentif de l’armée allemande, la Charte du Travail établit un système de corporations ouvrières et patronales intégrées au sein même de l’Etat de Vichy.

A la libération, tout cet édifice, déjà chancelant, fut balayé.


La date, le muguet, l’églantine ?

L’églantine, cette rose sauvage symbole de la Révolution française, connaît un sérieux rival, le muguet, qui a pour lui de fleurir juste au Premier mai. Dès 1913, les artistes vont le cueillir dans les bois de Chaville… et les midinettes en raffolent. Après la Première Guerre, la grande presse organise la promotion systématique du muguet blanc contre la rouge églantine, tout comme la presse allemande encourage l’edelweiss et la Démocratie chrétienne italienne l’œillet blanc…

C’est sous Pétain, pendant le régime de Vichy que le muguet détrônera finalement l’églantine, que personne ne songera plus à remettre à l’honneur ensuite. Il est vrai que le Premier mai, fête urbaine aux allures champêtres, est tributaire de l’environnement : l’urbanisation et le remembrement font disparaître les haies qui fournissaient aux habitués des “barrières” leur églantine, tandis que le muguet se cultive, et se vend…

Cependant le 1er mai restera férié et la grève sera rendue impossible ce jour-là.

Beaucoup de personnes, de politiques ont dénaturé cette journée à commencer bien sûr par le gouvernement de Vichy qui avait pour devise : travail, famille, patrie. En tout état de cause il est plus que déplorable pour ne pas dire scandaleux que les partis politiques et quel qu’ils soient, récupèrent cette journée symbole de commémoration des travailleurs car cette journée n’appartient qu’à eux seuls.

Le 1er mai est donc une journée de commémoration, de revendications.Le 1er mai est une journée de lutte internationale.

Choc des savoirs : tous concernés !

Choc des savoirs : tous concernés !

Confronté à une très importante résistance des personnels et des parents d’élèves dans plusieurs départements, le gouvernement, seul contre tous, a publié le décret et la note de service relatifs à la mise en place des groupes de niveau en mathématiques et en français au collège.

Face à la catastrophe annoncé, le secrétaire général en CSA le 26 mars dernier déclarait même : « On a tous envie que la catastrophe annoncée n’arrive pas. On sert une cause et une institution dont parfois les décisions nous échappent. »

C’est donc dans cette situation que le directeur général des ressources humaines du ministère s’est adressé aux recteurs le 28 mars dans le cadre de la préparation de la rentrée 2024.

La lettre du DGRH du ministère

Le ministère indique d’emblée son inquiétude : « La forte tension sur la ressource enseignante que nous connaissons appelle un travail de préparation rigoureux en vue de la rentrée 2024 afin de disposer du nombre de personnels suffisant dès le jour de la rentrée »

Mais qui est responsable de cette « tension » annoncée sinon les gouvernements Macron qui ont successivement supprimés 7900 postes dans le 2nd degré lors du premier quinquennat, 2000 postes à la rentrée 2023 et encore 650 postes dans le 1er degré à la rentrée 2024 ?

Pour faire face au désastre annoncé, le ministère n’envisage aucune création de postes supplémentaires, ni même un recours accru aux listes complémentaires, au contraire : « Si les exercices 2022 et 2023 ont permis une très large mobilisation des listes complémentaires, l’exercice 2024 pourrait s’avérer plus tendu en raison des contraintes qui pèsent sur le schéma d’emploi de certaines académies. »

Seule option envisagée par le ministère, un recours accru aux contractuels : « En plus de la fidélisation des contractuels existants, de nouveaux contractuels devront être recrutés. »

Choc des savoirs : des « solutions innovantes » pour liquider nos statuts et avancer vers le corps unique !
Mais la rentrée 2024 est placée pour le ministère sous le signe de la mise en place des groupes de niveau, massivement rejetés par les personnels et les parents d’élèves.
Et si ces groupes de niveau en mathématiques et en français vont engendrer un véritable tri social ainsi qu’une désorganisation totale du fonctionnement des collèges, ils vont également être l’occasion pour le ministère, au travers de « solutions innovantes », d’avancer vers la mise en oeuvre d’autres objectifs…

« Afin d’accompagner les académies dans la recherche d’enseignants dans ces deux disciplines, une campagne complémentaire de détachement du corps de professeur des écoles vers le corps des professeurs certifiés est organisée par la DGRH début avril. Les académies auront la possibilité de réaliser une campagne de communication et de recrutement de professeurs des écoles volontaires pour un détachement dans les deux disciplines ciblées en direction :

  • des professeurs des écoles issus des départements de leur académie. La DGRH établira les arrêtés de détachement des professeurs des écoles retenus par les académies. Afin de compenser ces départs dans le premier degré, des recrutements supplémentaires pourront être effectués sur liste complémentaire ;
  • des professeurs des écoles actuellement en disponibilité pour convenance personnelle, notamment pour rapprochement de conjoint, qui pourraient rejoindre leur académie de préférence via un détachement dans le corps des professeurs certifiés. »

Ainsi, en faisant appel – pour l’instant – aux professeurs des écoles volontaires et en s’appuyant sur les résultats catastrophiques des mutations interdépartementales dans le 1er degré, le ministère entend procéder à un recrutement massif d’enseignants du 1er degré au collège !

  • le recours aux professeurs retraités : « Un peu plus de 1 000 enseignants de lettres et de mathématiques sont partis à la retraite au cours de la précédente année scolaire, sur l’ensemble du territoire. Afin de mobiliser ce vivier habituellement peu enclin à se réinvestir, les académies pourront leur proposer un temps d’intervention limité dans le temps, mais assorti d’une rémunération attractive »
  • le recrutement de « professeurs associés » non diplômés : « Les professeurs associés sont recrutés par le recteur sur proposition des chefs d’établissement sans condition de diplôme, notamment pour les disciplines professionnelles dont le domaine d’activité est rare. Un modèle de contrat élaboré par la DGRH est à la disposition des académies. Leur recrutement est possible pour une durée de trois ans renouvelable une fois. Les directeurs opérationnels des campus des métiers et des qualifications et les chefs des bureaux des entreprises peuvent être sollicités sur les besoins de recrutement. »

Ainsi, la mise en place du « choc des savoirs » et des groupes de niveau n’est pas seulement un tri social, c’est aussi le prétexte pour détruire les statuts des enseignants et avancer vers la mise en place d’un corps unique !

Ce courrier du ministère aux recteurs ne fait que conforter la FNEC FP-FO dans sa revendication de retrait des mesures du « choc des savoirs » et d’abrogation du décret du 17 mars et de la note de service du 18 mars qui les mettent en oeuvre.

Dans cette situation, le SNUDI-FO 53 appelle à la grève dès mardi 2 avril participer aux AG et aux réunions organisées dans le département, de discuter avec les parents d’élèves des moyens efficaces de faire reculer ce gouvernement isolé et provocateur, notamment par la reconduction immédiate de la grève.

Mouvement 2024

Mouvement 2024

Les résultats du mouvement sont consultables à partir de mercredi 12 juin (avant 17h) sur I-PROF / les services / SIAM / mouvement intra départemental.

Les résultats du mouvement par commune sont envoyés à nos contacts et adhérents (recevoir nos informations ?) et publiés sur le groupe Facebook privé. Ce travail de fourmi n’est possible qu’avec la disponibilité bénévole et engagée des militants du SNUDI-FO 53 qui ne comptent pas leur temps 7 jours/7 pour aider les collègues du département. Dans les logiques PPCR, la loi de transformation de la Fonction Publique a totalement dessaisi les CAPD de leurs prérogatives en matière de mutation et de promotion. Pour faire face à ces nouvelles règles, le syndicat s’organise pour fournir un minimum de transparence, rendue possible uniquement par les remontées des collègues.

Si vous n’avez pas encore complété le formulaire pour les résultats, il est toujours disponible. Si vous constatez une erreur vous concernant, contactez-nous. Désormais, le seul rempart contre l’arbitraire, c’est l’intervention du syndicat via les recours, que nous vous invitons à nous renvoyer. Des permanences sont assurées tous les jours, y compris le weekend, n’hésitez pas à nous solliciter. Enfin, nous vous invitons à venir renforcer l’outil collectif syndical par votre adhésion.


IMPORTANT ET ESSENTIEL : Que vous ayez ou non obtenu satisfaction, communiquez-nous votre résultat en complétant le formulaire en ligne (10 secondes)ou directement par SMS au 0652323045
Comme chaque année, cela permettra au SNUDI-FO 53, seul syndicat à le faire, de reconstituer une liste des résultats accessibles à aux PE du département.


Nous vous rappelons que la loi de Transformation de la Fonction publique (dite loi Dussopt), entérine, entre autres, la suppression des CAPD dédiées au mouvement… L’opposition unanime des fédérations de fonctionnaires est suffisamment rare pour être soulignée. Aussi, les opérations de mouvement intra départemental se déroulent désormais dans l’opacité la plus totale. Les organisations syndicales représentatives ne disposent plus des tableaux préparatoires aux opérations de mouvement (classement, barème, vœux formulés…), ni des résultats pour pouvoir exercer un contrôle des opérations et en vérifier la transparence.

Pour autant, les élus du SNUDI-FO 53, comme l’année dernière, seront disponibles tous les jours, pour répondre à toutes vos questions et vous aider à formuler un recours.

En effet, vous êtes en droit de formuler un recours si :

  • Vous n’avez obtenu aucun de vos vœux,
  • Vous êtes affecté sur un vœu non souhaité à titre provisoire,
  • Vous estimez que vous avez été victime d’une erreur de barème non corrigée,
  • Vous constatez qu’un de vos vœux a été attribué à un barème inférieur au vôtre …

Si vous avez obtenu un poste à titre définitif sur un vœu (surtout s’il s’agit d’un vœu groupe) qui ne vous satisfait pas, contactez-nous rapidement.

– Dès que vous avez reçu votre résultat, compléter ce formulaire en ligne. Nous pourrons vous expliquer comment faire, quels arguments mettre en avant…

– Lors de la rédaction de votre recours, mandatez le SNUDI-FO 53 afin que nous puissions le défendre lors de réunions bilatérales avec la DSDEN ; comme l’année dernière.

Nous sommes là pour vous aider, pour défendre vos demandes.

La liste des postes restés vacants

Le SNUDI-FO intervient auprès de l’administration pour que les collègues concernés puissent connaître leur rang de classement. Si vous êtes concerné(e), complétez le formulaire en ligne


Permanences du syndicat à partir du 12 juin 2024 tous les jours (soirs et weekends) : 06 52 32 30 45 (Stève) et contact@snudifo-53.fr
Permanence du lundi : contact@snudifo-53.fr ou par téléphone au 06 52 32 30 45 (Stève)
Permanence du mardi : contact@snudifo-53.fr ou par téléphone :
06 52 32 30 45 (Stève)
06 80 31 51 16 (Frédéric)
06 03 54 68 75 (Emilie)
06 87 30 32 55 (Cécile)
07 65 52 16 23 (Evelyne)
Permanence du mercredi : contact@snudifo-53.fr ou par téléphone
06 52 32 30 45 Stève)
06 20 41 86 74 (Hélène)
06 74 37 73 52 (Fabien)
06 80 31 51 16 (Frédéric)
06 61 80 12 85 (Sébastien)
07 65 52 16 23 (Evelyne)
06 87 30 32 55 (Cécile)
06 03 54 68 75 (Emilie)
Permanence du jeudi : contact@snudifo-53.fr ou par téléphone :
06 52 32 30 45 (Stève)
06 20 41 86 74 (Hélène)
Permanence du vendredi : contact@snudifo-53.fr ou par téléphone :
06 74 37 73 52 (Fabien)
06 61 80 12 85 (Sébastien)
Permanence du weekend : contact@snudifo-53.fr ou par téléphone :
06 52 32 30 45 (Stève)
06 20 41 86 74 (Hélène)
06 74 37 73 52 (Fabien)
06 80 31 51 16 (Frédéric)
06 61 80 12 85 (Sébastien)
07 65 52 16 23 (Evelyne)
06 87 30 32 55 (Cécile)
06 03 54 68 75 (Emilie)


Fort de tous les suivis communiqués par les collègues du département, le SNUDI-FO 53 pourra aider tous les collègues non satisfaits à déposer un recours !

Voici une base pour rédiger votre recours.

Attention, le recours est individuel, il n’y donc pas de modèle standard de courrier. Le syndicat vous accompagne individuellement dans la rédaction de celui-ci; la base que nous proposons ne sert que pour la structure de votre courrier.

Les 4 dernières années, le SNUDI-FO 53 a été le seul syndicat à porter tous ses recours en audience à l’IA et à obtenir satisfaction pour bon nombre d’entre eux…Qu’on se le dise…

Faites vérifier vos vœux et barème par le syndicat qui apportera les corrections sur les éléments erronés ou manquants (bonification carte scolaire, bonification médicale, stabilité, points REP+, situation familiale…).

Si vous avez déjà complété la fiche de suivi en ligne du syndicat, renvoyez-nous simplement votre accusé de réception à cette adresse : contact@snudifo-53.fr

Si vous n’avez pas complété la fiche de suivi en ligne du syndicat, cela est toujours possible, vous joindrez votre accusé de réception en fin de formulaire.

PRO = titre provisoire
TPD = titre définitif

Lecture des codes priorités :
40 : priorité normale sans notion de titre
10 : priorité liée au titre détenu et au poste sollicité. (LA direction, CAPPEI pour poste spécialisé, ….)
11 : stagiaire CAPPEI sur poste spécialisé (ce sera le cas pour les enseignants qui font actuellement une demande de VAEP pour le CAPPEI).
90 : avis défavorable.

En cas de correction, vous devrez impérativement retourner cet accusé avant le 21 mai (délais de rigueur) à la DSDEN, via COLIBRIS ou par email à ce.dippag53@ac-nantes.fr avec comme objet « votre NOM-Contestation barème », accompagné des pièces justificatives si besoin. Mettez en copie le SNUDI-FO 53.

Tutoriel renvoi accusé de réception

Contactez le syndicat en cas de besoin, les représentants du SNUDI-FO 53 sont toujours disponibles, soirs et week-ends également.

Saisi par plusieurs collègues au sujet de bugs et de blocage de l’application MVT1D, le SNUDI-FO 53 a interpellé l’administration, demandé et obtenu un délai supplémentaire pour la saisie des vœux. Vous avez désormais jusqu’à mardi 16 avril, 12h00 pour la saisie de vos vœux.

La circulaire départementale 2024

Enquête 2024 sur les postes susceptibles d’être vacants

Les résultats de l’enquête poste V et SV

La liste des postes (DSDEN)

La liste des postes vacants 2024 réalisée par le SNUDI-FO 53 (classement par commune)

La liste des postes (voeux groupes, voeux postes et voeux MOB)

La liste des postes vacants et susceptibles d’être vacants (retours enquête SNUDI-FO)

Carte des écoles à 4 jours et à 4,5 jours

Fiches de postes : postes à profil
Fiches de postes : « postes à compétences particulières »

Carte des voeux groupes

Fiche de déclaration individuelle à compléter via colibri (demander conseil au syndicat pour toute demande de précision)


Récapitulatif mouvement Mayenne réalisé par les militants du SNUDI-FO 53
Tutoriel pour la saisie des vœux en Mayenne réalisé par vos représentants SNUDI-FO 53


Ouverture de la phase de saisie des voeux sur MVT1-D : 25 mars 2024
Clôture de la phase saisie des voeux : 14 avril 2024

Compte rendu GT mouvement du 8 février 2024

Participez aux RIS spéciales « mouvement » (réunions ouvertes à tous)
Mercredi 27 mars, 14h00 : à Laval et en visio
Mardi 2 avril, 18h30 : Visio RIS mouvement
(Inscription aux RIS)

La seule façon fiable de préparer votre mouvement, c’est de nous contacter, participer à une réunion spéciale Mouvement, venir à l’une de nos permanences, et nous remplir votre fiche de suivi.

La fiche de suivi servira notamment à calculer puis vérifier votre barème au moment des opérations de mouvement. Plus nous aurons de fiches de suivi, plus nous pourrons effectuer de vérifications, donc vous défendre lors d’un recours, en cas de désaccord ou d’incompréhension de votre résultat. L’année dernière, avec le suivi du SNUDI-FO 53, plusieurs collègues ont obtenu satisfaction à l’issue de leur recours.

Pour nous contacter :
Par courriel à l’adresse suivante : snudifo.53@gmail.com
Par téléphone au 06 52 32 30 45

Trouvez ensuite toutes les informations sur notre site ou sur le groupe privé FaceBook, qui permet à 350 PE du département de partager des informations

Assemblée Générale inter-écoles

Assemblée Générale inter-écoles

Assemblée générale
Inter-écoles de la Mayenne
Faites représenter votre école !

INSCRIPTION

En Mayenne, comme partout en France, les cartes scolaires ont des conséquences désastreuses sur nos conditions de travail (effectifs dans les classes, multiplication des niveaux, absence de remplaçants, RASED exsangues…)

Cette carte scolaire n’est pas terminée, puisque le ministère vient d’être amputé de près de 700 millions d’euros, et pour les écoles ce serait l’équivalent de 2600 postes supprimés en plus pour cette année 2024 !

Avec 650 postes supprimés nous venons de fermer 2 écoles et 18 classes, quelles conséquences avec l’équivalent de 2600 postes en moins ?

La liste est tristement longue : pacte, choc des savoirs, acte 2 de l’école inclusive, pas d’augmentation de nos salaires, retraites, loi Rilhac, loi Rilhac 2…

Les collègues n’en peuvent plus, la colère est présente partout. Comment ne pas la comprendre.

Après la grève du 1er février, très largement suivie, il est temps de se rassembler et de s’organiser pour stopper ce gouvernement et enfin faire aboutir nos revendications.

Le SNUDI-FO 53, appelle tous les personnels des écoles, AESH, PsyEN et PE, à se réunir en Assemblée Générale inter-écoles
JEUDI 14 MARS à 18h
dans les locaux FO au 6 Rue Souchu Servinière à Laval
Possibilité de participer en visio*
INSCRIPTION

L’objectif : qu’un maximum d’écoles soient représentées par des délégués, en présentiel ou en visio, afin de faire nombre, de se rassembler et de gagner ensuite.

Établissons un cahier de revendications que nous irons ensuite déposer à la DSDEN, discutons des méthodes d’action, de la grève, de la communication envers les parents d’élèves, rassemblons-nous !

Le SNUDI-FO 53 a proposé cette initiative à tous les syndicats du 1er degré en Mayenne…

Cette réunion est déclarée en RIS (réunion d’information syndicale). A ce titre vous pouvez déduire 3 heures de vos 108 heures, hors APC. (En savoir Plus)

10 milliards d’économie et une nouvelle avalanche de suppressions de postes

10 milliards d’économie et une nouvelle avalanche de suppressions de postes

La traduction budgétaire des déclarations du ministre de l’économie Bruno Le Maire, annonçant un plan d’économie sans précédent de 10 milliards d’€ sur le dos des services publics et des personnels n’a pas tardé.

Les décrets qui mettent en œuvre et déclinent ces annonces par mission, programme et dotation sont parus mercredi 21 février 2024 au Journal Officiel.

Pour les écoles cela correspond à 138 millions en moins, dont 131 millions en titre 2 (postes) et qui pourraient se traduire par 2600 nouvelles suppressions de postes ;

Pour les collèges et lycées ce sont 123 millions dont – 87 millions sur le titre 2 (cela représente 1740) ;

Pour les services déconcentrés (Rectorats, DSDEN, circonscriptions) ce sont 61 millions en moins

Pour les postes de CPE, AED, AESH, médecins, infirmiers… ce sont 164 millions en moins.

Qui pourrait accepter cette attaque inédite contre l’école et ses personnels ?

Des milliers de postes sont menacés, alors que les personnels se mobilisent déjà depuis des semaines, au côté des parents d’élèves et des élus locaux contre les milliers de classes qui ferment, contre les mesures du choc des savoirs qui ponctionnent les faibles moyens et crée le chaos dans les établissements, contre l’austérité salariale et le gel du point d’indice, contre la politique de l’inclusion systématique et forcée et l’acte 2 de l’école inclusive qui remet en cause le droit pour les élèves de pouvoir bénéficier d’un enseignement adapté (23 000 notifications ne sont pas respectées selon l’aveux même de M. Attal)…

Ce plan d’austérité d’une violence inouïe envers l’Ecole publique intervient au lendemain des annonces du président Macron d’envoi de 3 milliards d’armes en Ukraine. Le ministre des armées, S. Lecornu déclarait il y a quelques mois : « La guerre en Ukraine est une formidable opportunité pour l’industrie française. »

Il intervient alors que les bénéfices nets cumulés des plus grandes entreprises françaises du CAC40 ont déjà dépassé les 120 milliards d’euros pour 2023 : 29 milliards d’euros de bénéfices (une hausse de 7% par rapport à 2022) pour le secteur du luxe, 20 milliards d’euros de bénéfice (+ 14%) pour BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale, 19,8 milliards d’euros pour TotalEnergies… Il s’agit de la troisième année d’affilée où les entreprises du CAC 40 réalisent ensemble plus de 100 milliards d’euros de bénéfices.

Les 114 collègues du département, qui déclarent être prêts à la grève reconductible dans une motion, ont raison. Cette motion est d’ailleurs ouverte à tous les personnels.

Les annulations de fermetures de classes ont été obtenues par les grèves, les rassemblements et les blocages.

Le SNUDI-FO 53 s’est adressé aux organisations syndicales du département pour leur proposer une Assemblée Générale inter-écoles qui est prévue jeudi 14 mars, à 18h00 à l’UD FO de Laval (inscription en ligne)

Faites représenter votre école : désignez un ou plusieurs délégués pour une ou plusieurs écoles.

L’objectif : qu’un maximum d’écoles soient représentées par des délégués, en présentiel ou en visio, afin de faire nombre, de se rassembler et de gagner ensuite.

Établissons un cahier de revendications que nous irons ensuite déposer à la DSDEN, discutons des méthodes d’action, de la grève, de la communication envers les parents d’élèves, rassemblons-nous, il y a urgence !

CAPD du 30.01.24

CAPD du 30.01.24

Secrétaire adjoint de séance : SNUDI-FO
Présents pour l’administration : Madame Lacoste (DASEN) Madame Cailleau (IEN Laval 2), Monsieur Drault (IEN adjoint au DASEN), Monsieur Vauléon (secrétaire général de la DSDEN), Madame Bellanger (chef de division PRAG)
Invité par l’administration : Monsieur Vinot (GRH)
Présents pour le SNUDI-FO 53 : Emilie Angot, Frédéric Gayssot

Pour nous contacter : 06 52 32 30 45 ou contact@snudifo-53.fr

Le SNUDI FO et la FSU-SNUIPP ont fait une déclaration préalable.

Déclaration du SNUDI-FO 53

124 collègues ont eu un rendez-vous de carrière en 2022-2023

14 ont contesté leur appréciation finale : 12 ont obtenu satisfaction. Tous les recours pour lesquels le SNUDI-FO était mandaté ont abouti avant la CAPD, excepté un.

Rappel 2023 : 5 recours au total, 4 suivis par FO, 3 obtenaient satisfaction.

 Avis : à consoliderAvis : satisfaisantAvis : très satisfaisantAvis : excellent
1er  rdv317100
2ème rdv072715
3ème rdv132118

Les 2 collègues n’ayant pas obtenu satisfaction à l’issue de leur premier recours, ont pu saisir ensuite la CAPD. L’un d’entre eux a mandaté le SNUDI-FO 53.
(A noter que plusieurs recours, non suivis par FO, n’étaient pas recevable, car envoyés hors-délais)

Malgré tous les arguments mis en avant et la défense de la situation de la collègue, la DASEN a soumis au vote le maintien de son appréciation.

CONTRE : SNUDI-FO (2) – SnuiPP-FSU (2) – UNSA (1)
POUR : Administration (5)

L’arbitraire, encore l’arbitraire !
Le caractère arbitraire de PPCR avait conduit, comme vous le savez, FO à voter contre sa mise en place (approuvé par la FSU (Snuipp), le SE-Unsa et la CFDT). Le SNUDI-FO continue à en demander l’abrogation.

Contester l’appréciation, c’est déjà acter l’injustice, l’injustice PPCR. Il faut commencer par contester pour combattre l’arbitraire des modalités d’évaluation instaurées par le PPCR. Contester l’appréciation, c’est poser la responsabilité des DASEN qui évaluent en étant “hors sol”, qui évaluent de leur bureau, affirmant l’insupportable toute puissance du management PPCR qui est complètement étranger à la réalité de l’enseignement, à ses difficultés, et qui ne vise qu’à caporaliser les personnels pour qu’ils se soumettent sans broncher aux contre-réformes. Avec FO, contester l’infamie de l’évaluation PPCR.

Pour en savoir plus sur votre déroulement de carrière, participez à un stage du SNUDI-FO et prenez connaissance de notre journal spécial.

Sur les 4 collègues ayant porté un recours concernant l’avancement à la classe exceptionnelle, seul le collègue ayant fait appel au SNUDI-FO 53, et accompagné par le syndicat a obtenu satisfaction en amont de la CAPD. Il a ainsi pu être intégré au tableau d’avancement, fait inédit, victoire syndicale, à mettre au compte à la vigilance et à la transparence du SNUDI-FO 53.

Rappel :
Classe exceptionnelle 2023
Hors-classe 2023

L’administration nous confirme informe que 4 collègues PES sur 30 ont démissionné depuis la rentrée de septembre 2023. Nous disposions déjà de cette information, et savons que d’autres PES envisagent de démissionner. Ce chiffre est considérable au regard des autres années, ce que reconnaît l’administration.

FO n’a jamais cautionné le master comme condition d’entrée et mène ce combat depuis 2009. Afin que les reçus aux concours restent dans l’éducation nationale, selon nous, il faut rétablir des conditions de travail, de formation, de rémunération et d’accès au concours qui soient normales et faisables. Si le ministère semble commencer à reculer sur ce point, il n’a toujours pas compris que les reçus aux concours sont des fonctionnaires stagiaires et non des étudiants en formation dans les classes. Désormais sont imposés aux stagiaires un master, des cours à l’INSPE, des mémoires pour certains, des frais de déplacement, un demi-service ou un service complet, et surtout seul devant élèves avec une pression croissante.

En savoir plus ?

A noter également : 3 PE ont démissionné en 2022/023 et 1 demande de rupture conventionnelle a été accordée.

Le SNUDI-FO 53 rappelle à l’administration qu’il faut y voir un signe de l’épuisement grandissant des enseignants au vu de la charge de travail qui leur est demandée dès l’entrée dans le métier, charge de travail qui ne bénéficie pas de la reconnaissance humaine et salariale qui est due aux personnels.

  • Combien de collègues éligibles à un départ en retraite qui ont déclaré vouloir cesser leur fonction en 2024 ?

17 collègues sont éligibles à un départ en retraite en 2024. Selon les dernières modalités, le départ en retraite peut avoir lieu le jour de l’anniversaire des agents.

  • Combien de PE ont fait valoir leur droit à pension à la rentrée de septembre 2023 ?

26 PE sont partis en retraite en septembre 2023.

  • Avec les nouvelles modalités de départ en retraite, quand sera publié le calendrier de demande de retraite progressive ?

Les modalités feront l’objet d’un article spécifique dans la circulaire temps partiel qui paraîtra courant février.

  • Permutations informatisées:

 47 candidats : 2 annulations fautes de retour de documents, une annulation de la part d’une candidate ce qui porte à 44 le nombre de dossiers validés.

  • Combien de PE contractuels ont été recrutés sous CDD depuis décembre 2023 ?

3 PE contractuels ont été recrutés

  • Combien sont en postes actuellement ?

Les 3 sont en poste actuellement mais l’une met fin à son contrat en février car elle prépare le concours.

  • Y a-t-il des contractuels alternants et quel est leur nombre ?

14 contrats de contractuel alternant sont en cours jusqu’au 31 mars 2024.

15(=5ETP) contrats seront resignés du 1er/04/24 au 31/03/2025

  • Combien de collègues ont demandé à être inscrits sur la LADE ?

7 agents ont demandé leur inscription,6 ont été reçus en entretien et 1 est déjà « faisant fonction ». 7 avis favorable ont été donnés. La formation a commencé début janvier pour ces 7 candidats + 1 autre PE faisant fonction qui était inscrit sur la LADE dans son département précédent mais n’avait pas bénéficié de la formation.

  • Combien de PACTE ont été signés en Mayenne et quelle répartition parmi les missions ?

210.5 parts ont été signées par 136 agents. Elles se répartissent comme suit : soutien aux 6ème 41.5 parts, devoirs faits 22.5, stages réussite 54.5, soutien 39.5, NEFLE 38.5, Accompagnement des élèves à besoin éducatif particulier 14.

Parmi ces 136 agents, 52 sont directeurs, 7 CPC, 9 TRS, 9 TR, 55 adjoints et 4 enseignants spécialisés. Le SNUDI-FO souligne que ces 136 agents correspondent à moins de 10% des professeurs des écoles du département. Nous sommes loin de l’engouement et de la franche réussite annoncés.

Le SNUDI-FO 53 revendique l’abandon du PACTE et de véritable augmentations de salaire, par la revalorisation des grilles indiciaires et une augmentation de la valeur du point d’indice a minima à hauteur de l’inflation. Le PACTE vise à éclater le Statut. La totalité des enveloppes budgétaires doit être utilisée pour la « revalorisation » de tous les personnels sans contrepartie. Pour rappel FO refuse les rémunérations en fonction de « missions supplémentaires » du « PACTE » qui englobe des missions en plus du temps de classe, contre toutes les règles statutaires, et ce alors que des centaines postes d’enseignants à chaque rentrée et que les personnels sont à bout…FO refuse le principe de rémunération à la tête du client, en fonction de « l’investissement dans les projets innovants ».

  • Promotion à la classe exceptionnelle : contingent 2023, 2024. Nombre , ration homme/femme, AGS ?

Nous avions déjà diffusé cette information en début d’année scolaire. En savoir plus ?

Évènements à venir