Réforme des retraites

Déclaration d’intention à envoyer dès maintenant à son IEN

Faites remonter l’état de participation à la grève (formulaire en ligne)

Quelques courtes vidéos pour comprendre les enjeux

Appel de l’AG éducation du 16.01

Appel de l’AG éducation du 14.01

Tract intersyndical du 16.01

Revalorisation et réforme des retraites : communiqué intersyndical 53

Appel de l’AG éducation du 9.01.19

Motion et décisions de l’AG éducation (17.12)

Motion de l’AG éducation (12.12)

Motion et décisions de l’AG éducation (10.12)

Motion et décisions de l’AG éducation (6.12)

Tract interprofessionnel destiné à tous (salariés du privé, parents, retraités…)

Tract à distribuer aux collègues, aux parents, aux amis, à la famille ….

AGENDA :

  • Samedi 18.01: rendez-vous à 10h30 au marché de Laval
  • Lundi 20.01: réunion de secteur, 17h15, école Levrot, Grez en Bouère
  • Lundi 20.01: réunion de secteur, 17h30, Union Locale FO, Mayenne (12 rue Guimond de Riverie)
  • Mardi 21.01: réunion de secteur, 17h30, école Erik Satie, Craon
  • Jeudi 23.01 : manifestation à Laval (17h30 place de Hercé)
    Retraite au flambeau
  • Vendredi 24.01 : 9h, AG éducation départementale (locaux FO)
  • Vendredi 24.01 : projet déposé au conseil des ministres / grande journée de mobilisation interprofessionnelle à Laval (11h30 devant l’hôpital)

Lundi 14 janvier: réunissez vous dans les écoles, et discuter de la grève reconductible, le seul moyen de gagner ! Contacter le syndicat si vous souhaitez une intervention dans votre école en fin de journée. Utilisez nos dossiers sur cette page

Mardi 15 janvier: RDV à 9h pour l’AG éducation ouverte à tous, dans les locaux FO à Laval, puis rassemblement à 11h à la gare pour une manifestation.

Mercredi 16 janvier: se rendre disponible pour les actions prévues ce jour, et qui ne seront communiquées que par le bouche à oreille ou par SMS

Jeudi 16 janvier :
14h30 : Rassemblement à Laval, place de la Trémoille
17h30 : RIS ouverte à tous les personnels (syndiqués ou non) et dédiée à l’actualité / école élémentaire d’Azé. (modèle de courriel à l’IEN)
Au programme :
Projet Macron-Delevoye: comprendre les enjeux, les tenants et les aboutissants; quelles conséquences pour les personnels de l’Education Nationale, quelles conséquences sur notre modèle social ?
 – Loi de transformation de la fonction publique: conséquences dans la Fonction Publique, dans l’Education Nationale ; publication des premiers décrets
– Organisation et poursuite du mouvement pour gagner…)
– Questions diverses


Outils pour la grève :

Déclaration : Déclaration d’intention à envoyer dès maintenant (48h avant le début de la grève dont 1 jour ouvré)

Mots aux parents :
« Les enseignants de l’école …. seront en grève à partir du 5 décembre 2019. Nous vous tiendrons informés des suites données au mouvement. »
Ou :
« L’enseignant(e) de la classe … sera en grève à partir du 5 décembre 2019. Vous serez informés des suites données au mouvement.
« 
Et : une note que vous pouvez également adresser aux parents pour plus de précisions (attention, ne pas coller dans les cahiers, à donner en main propre ou sous pli clos). Nous sommes tous concernés par ce projet de réforme. (à afficher aussi en salle des maîtres)

Pour alimenter les pancartes, affiches et banderoles :
Le Kit du SNUDI-FO à télécharger
L’affiche du SNUDI-FO de la Mayenne
Des affichages pour l’entrée de l’école

Motion et décisions de l’AG éducation (17.12)

Motion de l’AG éducation réunie le 12 décembre
Motion et décisions de l’AG éducation (10.12)

Tract interprofessionnel destiné à tous (salariés du privé, parents, retraités…)

Affichez des banderoles aux grilles de vos écoles ! (faites figurer au moins un logo syndical)

Les dossiers du SNUDI-FO 53

Vidéo réalisée par les PE grévistes du SNUDI-FO 53 :

D’autres arguments pour décider la grève ?

A propos du prétendu déficit :

  • Débat entre les Ministres et les enseignants à Nancy: Les interventions des enseignants vendredi, lors du débat à Nancy avec Blanquer et Philippe, sont révélateurs de la fracture entre les personnels et la politique menée par le ministre « Comment voulez-vous que nous vous croyions quand vous dites que vous tenez compte de notre avis ? » demande cette enseignante. « Vous nous écoutez parce que nous sommes dans la rue et parce que vous avez peur. » Exclamations dans la salle lorsque le ministre évoque des primes : « Non, on veut du salaire ! ». Le discours de Macron à Rodez est dans toutes les têtes. Les deux ministres ont été chahutés. Le ministre est de plus en plus seul. Voir l’article des Echos
  • Comment le gouvernement veut réformer le travail enseignant : « Changer le temps de travail, évidemment à la hausse, diminuer les vacances pour accompagner les jeunes en été et durant les congés, suivre les jeunes en fin de journée, voilà autant de tâches que l’on devrait imposer aux enseignants s’ils veulent bénéficier de primes permettant de maintenir leur pension et de « revaloriser » leur salaire. Du moins les enseignants qui le pourront. Car la longue histoire des missions et des heures supplémentaires dans le corps enseignant montre que par exemple hommes et femmes n’ont pas les mêmes possibilités. Ce qui se dessine c’est donc la progression des inégalités d’âge et de sexe. » >ici< l’article du Café pédagogique
  • Un rattrapage sur les salaires pour mieux faire passer la pilule ? Et nous ajoutons sans aucun rattrapage des pertes de pouvoir d’achat depuis l’année 2000 (20 % !) ni aucune garantie de maintien du niveau actuel des pensions (déjà faible) puisqu’il faudrait pour cela au minimum un salaire mensuel brut de 4343 euros pendant toute la carrière (43 ans), ce qui n’est évidemment pas l’intention du gouvernement… Valeur du point : les promesses du 1er Ministre ne valent rien ! « Retraites : pourquoi Edouard Philippe ne peut (vraiment) pas garantir aux Français que le point ne baissera pas… » >ici< l’article de Marianne du 12/12/19
  • Blackrock, le 1er gestionnaire d’actifs financiers du monde ,conseille le gouvernement : pour lui suggérer la façon dont il convient d’écrire la loi et les règlements pour que les choses changent, qu’enfin la capitalisation s’installe en France ! « Officiellement, le gouvernement jure qu’il veut défendre la retraite par répartition. Mais en coulisses, les assureurs et les financiers ne se privent pas de lui dispenser leurs conseils «éclairés », auxquels il prête la plus grande attention, pour faire éclater le système. La réforme des retraites, pour les financiers, doit être l’occasion de mettre en œuvre un système par capitalisation, qui, jusque-là, n’a pas réussi à s’implanter en France, en dépit des divers mécanismes instaurés depuis quinze ans (dispositifs Madelin, Perco, Perp). Elle doit leur permettre de mettre enfin la main sur une épargne « parmi les plus élevées d’Europe » qui leur échappe jusqu’à présent. » >ici< l’article de Mediapart du 9/12/19

A propos du prétendu déficit :


L’appel intersyndical Education en Mayenne


Faites remonter l’état de participation à la grève générale à partir du 5 décembre (formulaire en ligne)

Modèle intersyndical de déclaration d’intention de se mettre en grève dès le 5 décembre, à envoyer dès aujourd’hui à votre IEN

Déclaration d’intention : A partir du 5 décembre prochain, toutes nos organisations (SNUDI-FO, Snuipp, Cgt éducaction et Sud éducation) appellent à la grève pour le retrait du plan Macron-Delevoye et du projet de réforme des retraites. Depuis l’instauration du SMA (service minimum d’accueil) il appartient à chaque PE de déclarer son intention de se mettre en grève 48h avant le début de celle-ci. Si la déclaration d’intention n’impose pas d’être en grève, elle protège chaque PE si la grève venait à durer plusieurs jours. En effet, la personne qui participerait à un mouvement de grève sans s’être préalablement déclarée gréviste encourrait une sanction disciplinaire. En revanche, la personne qui aurait fait connaître son intention de participer au mouvement de grève peut librement y renoncer.
En tout état de cause, il appartiendra à chacun de déclarer son « service fait » si les jours de grève déclarés ne correspondent pas aux jours non travaillés.
En cas de doute, ou si besoin, contactez le SNUDI-FO 53





NON A LA REFORME DES RETRAITES
POUR LE MAINTIEN DE TOUS LES REGIMES
A partir de jeudi 5 Décembre 2019
GREVE INTERPROFESSIONNELLE
9H30 : Assemblée générale, salle de l’auditorium à
LAVAL, pour discuter de la reconduction de la grève.
11H00 : Manifestation à LAVAL, place de la Trémoille.

4 pages spéciales CGT-FO-FSU-Solidaires (Mayenne)


L’heure n’est pas à la concertation pour discuter des modalités d’application mais à la mobilisation et la grève unie pour empêcher la réforme Delevoye !

Contrairement à certaines affirmations, FO organisation représentative dans l’Education Nationale ne participera pas aux réunions sectorielles de discussion sur la déclinaison du projet Macron-Delevoye dans notre ministère. C’est d’ailleurs la seule organisation a avoir refusé.

Extrait du dernier Edito de Hubert Raguin, secrétaire général de la FNEC-FP FO:

« Nous avons reçu le mardi 1er octobre du ministre de l’Éducation nationale, monsieur Blanquer, et du haut-commissaire aux retraites, monsieur Delevoye, une invitation à une « concertation sectorielle relative à la réforme des retraites ». La FNEC FP-FO ne s’y rendra pas et s’en expliquera dans un courrier public au ministre et au haut-commissaire.

Lire le courrier

La confédération Force Ouvrière est déterminée à mettre en échec cette réforme qui donne toutes les clés à l’État, les valeurs du point résultant chaque année d’un ajustement aux contraintes de l’économie. La confédération entend agir pour défendre et maintenir l’ensemble des régimes et rejette le projet de contre-réforme.

Nous voulons défendre le régime général, les régimes complémentaires, les régimes spéciaux et le Code des pensions civiles et militaires.

Nous n’acceptons ni un nouveau recul de l’âge de départ à la retraite, ni la baisse drastique du niveau des pensions.

La confédération FO, en ce qui concerne les concertations, vient de réaffirmer que Force Ouvrière n’ira pas discuter de la mise en place de la réforme et de ses ajustements. Yves Veyrier, notre secrétaire général, dès la publication du rapport en juillet, avait clairement exprimé que nous ne négocierons pas les réglages d’un système qui supprime les régimes existants. Nous n’irons pas à Canossa.

Dans ces conditions, que peut signifier une invitation à une concertation sectorielle relative à la réforme des retraites ?

Ce que la confédération refuse au niveau interprofessionnel parce qu’elle veut empêcher la réforme, parce qu’elle la rejette, le gouvernement voudrait-il tenter de l’imposer dans des concertations sectorielles qui vaudraient de son point de vue, un accord pour l’accompagnement et la mise en œuvre de son funeste projet ? Il s’agit selon messieurs Blanquer et Delevoye de discuter des modalités d’application de leur projet. Nous n’en serons pas. Et nous allons redire aux ministres que nous ne déserterons pas l’expression des revendications de nos mandants auprès des pouvoirs publics, c’est le rôle du syndicat. Nous sommes disponibles pour exprimer à l’État-employeur nos revendications, notamment sur les retraites et sur les salaires. Nous revendiquons une revalorisation de 18% du point d’indice, 18% perdus par rapport à l’inflation depuis 2000. Nous demandons sur ces revendications des discussions sérieuses. Nous demandons aussi une discussion urgente dans les CHSCT sur les suicides de collègues détruits par les conditions de travail épouvantables qui leur sont imposées, et aussi sur les conséquences de l’incendie de Lubrizol à Rouen.

Avec la confédération, avec la fédération générale des fonctionnaires (FGF-FO) en défense du statut général et du Code des pensions civiles et militaires, nous nous engageons résolument dans la préparation de la grève interprofessionnelle unie à compter du 5 décembre, en réponse à la décision des syndicats de la RATP qui oppose la mobilisation à la concertation sectorielle. La fédération va s’adresser à toutes les fédérations de l’Éducation nationale pour une préparation commune de la grève à compter du 5 décembre. (…) »

 

Extrait de la résolution du CCN (parlement de FO) réuni les 25 et 26 septembre à Paris:

 » Le CCN le réaffirme, FO est prête à aller à la grève. FO soumet la proposition de rejoindre, par un appel interprofessionnel, la grève unie des syndicats de la RATP et des transports à compter du 5 décembre prochain pour empêcher et mettre en échec le projet Macron/Delevoye.
Pour cela, FO entend œuvrer à l’unité d’action syndicale la plus large et demande à ses syndicats d’organiser les réunions et assemblées générales pour préparer la grève. »

Télécharger la résolution



Télécharger le 8 pages de la FNEC-FP FO avec analyses et simulations (septembre 2019)


A lire dans la Communale de septembre 2019, 3 pages consacrées au projet de réforme Macron-Delevoye


21 septembre 2019: Une centaine de personnes du département de la Mayenne ont fait le déplacement pour dire « NON » à une réforme de retraite par point. 2 cars ont donc rejoint la capitale depuis Laval. Plus de 15000 personnes se sont rassemblées à Paris. Cette première mobilisation est un signal fort envoyé au gouvernement. Maintenant l’heure est à la construction de l’unité avec les autres organisations pour préparer la grève générale, faire céder et faire retirer le Rapport Delevoye.

 » Les journées de manifestations, aussi nombreuses soient elles, n’ont pas toujours suffi dans le passé. Nous le savons et c’est pour cela que nous sommes déterminés. FO œuvrera à l’unité d’action syndicale la plus large, car sur un tel enjeu elle est nécessaire. Nous l’avons dit : s’il faut aller à la grève, nous sommes prêts. Comme le 29 janvier 1995, pour la sécurité sociale, lorsque FO avait pris date. La grève n’est pas un gros mot. La grève est un droit, un droit constitutionnel républicain, lié à la liberté syndicale, à la liberté de négociation collective. A nous d’expliquer, d’expliquer encore, de convaincre. Camarades, vous allez rentrer, reprendre le travail, les réunions syndicales, les réunions d’informations, dans les entreprises, les services publics… Expliquez, convainquez. Les campagnes dans les entreprises dans les semaines à venir doivent être autant d’occasion de porter haut et fort nos analyses, positions et revendications. Si nous convainquons, nous serons nombreux, très nombreux et nous pourrons gagner, camarades. »

Le bras de fer est engagé. Alors, tous ensemble, construisons la grève générale jusqu’au retrait !

Le communiqué de la FGF-FO du 28 août

La page de l’UD FO 53

—————–