Le SNUDI FO 53 invite tous les collègues, dans toutes les écoles, à prendre connaissance et à faire signer massivement la prise de position:

Prise de position à télécharger: .pdf ou .doc (modifiable)

A remplir en ligne

La prise de position peut être signée individuellement et collectivement


12.07.17

Annonces du Premier ministre :

L’austérité aggravée pour tous les fonctionnaires, le statut dans le viseur

Les annonces du Premier ministre dans son discours de politique générale constituent une agression contre les fonctionnaires : rétablissement du jour de carence, gel du point d’indice, remise en cause de la grille unique de la fonction publique au profit d’une atomisation du point d’indice par versant (un pont d’indice par versant : état, territorial, hospitalier), suppression de 120 000 postes au moins, baisse de la masse salariale. S’agissant du nombre des suppressions dans l’Éducation nationale, le ministère a indiqué que cela était encore soumis à arbitrage… ce qui est une façon de reconnaître qu’il y en aura.

Lire la suite…


3.07.17

VILLE DE MAYENNE

Une sectorisation qui divise les enseignants et pèse sur l’avenir du service public d’éducation à Mayenne

Fuite vers le privé, sectorisation stricte non suivie par les élus et cadres municipaux pour leur propres enfants, mauvaise communication…depuis près de deux ans, le SNUDI-FO dans l’intérêt de la défense de toutes les écoles publique de la ville, alerte la municipalité de Mayenne, avec les enseignants, sur les conséquences de cette sectorisation, dont nous ne remettons pas en cause le principe. Aujourd’hui avec la gestion calamiteuse de ce dossier, et les problèmes liés à la réforme des rythmes scolaires et l’organisation des TAP, les relations entre enseignants et municipalité sont fortement dégradées.
Le 4 mai dernier, le SNUDI-FO 53 réunissait les collègues des écoles de Mayenne. 6 écoles étaient représentées. Après avoir fait le constat des problèmes liés à la mise en
place de la sectorisation sur la ville, et de son inefficacité au niveau de la pérennité du nombre de classes (1 fermeture, 2 écoles en difficulté), il avait été décidé de rencontrer le maire. En l’absence du maire, nous étions reçus le mercredi 21 juin dernier par Fanny Bellon, adjointe «en charge des jeunesses et de l’éducation
» et de Sandra Couturier, conseillère municipale «déléguée aux affaires scolaires et périscolaires». Pour mémoire, la même délégation avait été reçue par Fanny Bellon, Guy Bourguin et Daniel Landemaine le 2 juin 2016 (lire le CR du 2 juin 2016) sur le même dossier.

30.06.17

CDEN du 29 juin 2017

Lire la déclaration FO

Un point « Rythmes scolaires » était à l’ordre du jour. Le représentant de la FNEC-FP FO est intervenu pour rappeler la nécessité d’un cadrage nationale pour l’organisation scolaire et notre opposition au décret Blanquer. (pour rappel les votes au CTM: POUR-> FSU (Snuipp) / CONTRE -> FO, UNSA)

A ce jour, plus d’une vingtaine de communes font le choix d’une organisation de la semaine sur 4 jours pour la rentrée 2017. Plusieurs autres écoles nous ont contactés, et déposeront leur demande dans la semaine. (voir ci-dessous pour les modalités de demande de dérogation) Toutes les demandes seront acceptées par l’IA, sauf vraisemblablement lorsqu’il y a des problèmes de transport !* Vive la territorialisation ! Le DASEN étudiera les demandes de dérogation jusqu’au 8 juillet.

L’administration reconnait que les problèmes d’organisation pour le remplacement et les temps partiels seront inévitables. (Ce que nous disons depuis le début!) La désorganisation de l’école était déjà amorcée avec les décrets Peillon et Hamon mais avec le décret Blanquer c’est un festival ! Comme a su le souligner Michel Hervé du Conseil départemental de la Mayenne: «L’autonomie des établissements c’est l’avenir de l’éducation nationale »

On notera également que Michel Rose, président de la FAL 53 est intervenu en disant que les enseignants ne pouvaient pas être pour un retour aux 4 jours et qu’il fallait penser au bien être des élèves et non au confort des enseignants. Chacun appréciera.

Nous continuons de revendiquer un cadre national pour une organisation sur 36 semaines !

Signer la prise de position, individuellement ou collectivement

*La compétence « transport » est passée du département à la région depuis le premier janvier (transfert partiel pour l’instant et définitif à compter du premier septembre)

 


Modalités pour que la demande de retour à 4 jours sur 36 semaines puisse être traitée et validée par l’IA-DASEN pour la rentrée 2017

1/ Les conseils d’école extraordinaires doivent être réunis par le directeur (ou à la demande du maire)

2/ Le compte rendu du conseil d’école doit indiquer les présents et l’ordre du jour

3/ La question suivante doit être stipulée clairement :  Êtes-vous favorables à une organisation du temps scolaire réparti sur 8 demies-journées en 4 jours (lundi, mardi, jeudi, vendredi) sur 36 semaines ?

Vote POUR =               Vote CONTRE =        Abstention =                  NPPV =

4/ Envoyez à l’IA via l’IEN, le compte rendu du conseil d’école

5/ Envoyez une copie à la Mairie et au SNUDI-FO 53 (la mairie de son côté envoie la délibération du conseil municipal au DASEN; elle peut joindre une copie du compte-rendu du conseil d’école)

A noter: aucun PEdT ne peut être exigé pour ce changement.

Le SNUDI FO soutiendra et défendra auprès de l’IA-DASEN toutes les demandes de conseils des maîtres et de conseils d’école pour le retour à la semaine des 4 jours sur 36 semaines


29.06.17

Le 19 juin dernier, nous écrivions au DASEN pour faire suite à la lettre du jeudi 15 juin, dans laquelle il était indiqué :

« En cas de changement d’école et lors du passage au collège, le livret scolaire doit être transmis à la nouvelle école ou au nouvel établissement par le biais de l’application nationale LSU, en vertu des dispositions de l’arrêté du 31 décembre 2015. Chaque enseignant(e) concerné(e) par ces deux cas de figure prioritaires est invité(e) à s’assurer du respect de cette obligation avant le terme de l’année scolaire 2016/2017. »

Lire notre courrier

M. Waleckx nous donne raison dans un courrier daté du 26 juin en précisant notamment que :

« Les éléments constitutifs du livret scolaire, définis aux articles D.311-6 à D.311-9 du code de l’éducation et par l’arrêté du 31 décembre 2015 fixant le contenu du livret scolaire de l’école élémentaire et du collège, sont obligatoires pour toutes les écoles et tous les collèges, publics et privés sous contrat.  Cette obligation porte sur les composantes du livret scolaire et pas sur leur saisie dans l’application nationale Livret scolaire unique (LSU}, qui peut être différée, notamment en cas d’utilisation d’une autre application pour le suivi des acquis en cours d’année. »

Comme nous l’avons déjà indiqué, et en prenant appui sur la lettre de la DGESCO et désormais sur le courrier du directeur académique, nous continuons d’indiquer que les collègues sont libres d’utiliser les outils qu’ils veulent pour les livrets scolaires.

Contactez le syndicat en cas de pressions.


28.06.17

Le ministre publie le décret sur les rythmes scolaires

Le Décret n° 2017-1108 du 27 juin 2017 relatif aux dérogations à l’organisation de la semaine scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires publiques a été publié au J0RF n° 0150 de ce mercredi 28 juin 2017.

Le SNUDI-FO 53 écrit à tous les maires du département : lire le courrier

Si ce décret ouvre la possibilité pour les communes qui le souhaitent de revenir à une semaine de 24 heures d’enseignement réparties sur 4 jours de 6 heures – ce qui a le mérite de séparer nettement le scolaire et le périscolaire et de mettre fin au mercredi matin, source de frais divers (trajets supplémentaires…) et de difficultés d’organisation pour les personnels (garde d’enfant…), pour autant il ne rétablit pas une organisation de la semaine scolaire commune à toutes les écoles du territoire national.

La suite…


26.06.17

CHSCT

Le CHSCT départemental s’est tenu jeudi 22 juin.

Lire le compte rendu FO

La déclaration FO


22.06.17

Rythmes scolaires

Lire le communiqué SNUDI-FO du 21 juin

  • pour le retour sur tout le territoire national à la semaine de 4 jours d’enseignement sur la base de 24 heures hebdomadaires sur 36 semaines annuelles ;
  • contre toute remise en cause du calendrier scolaire national fixant les congés et vacances scolaires ;
  • pour la séparation du scolaire et du périscolaire, contre les ingérences municipales dans l’école, pour en finir avec les PEdT.

7.06.17

Le projet de décret du ministre soumis au vote lors du CTM

Votes
Décret dérogatoire sur les rythmes scolaires:
Pour : FGAF, FSU (Snuipp)
Contre : FO, UNSA
Refus de vote : CFDT, CGT

Ce texte est identique à celui déposé au CSE sauf un amendement de l’administration qui indique la prise en compte de la situation des élèves handicapés dans les décisions de dérogation.
Sur les amendements présentés par les organisations syndicales FO a voté contre les amendements UNSA et CFDT qui voulaient subordonner le retour à la semaine de 4 jours à l’adoption d’un PEDT ; et contre la possibilité de mettre en place un dispositif qui assure les 24h «en moyenne» sur l’année scolaire (annualisation) amendement présenté par la FSU sur demande du SNUIPP. Sur les autres amendements nous avons refusé de prendre part au vote.

Lire le compte rendu FNEC-FP FO

Lire le communiqué commun FNEC FP-FSPS (service public et santé)


TEMPÉRATURES CANICULAIRES

Des classes à 15° l’hiver et 35° au mois de juin…

Contactez le SNUDI-FO si vous constatez des températures supérieures à 30°C afin qu’il demande au DASEN de prendre en urgence des mesures pour maintenir des températures normales dans les classes et si nécessaire de fermer les écoles.

Quelle est la réglementation en la matière :

L’article R4222-1 du Code du Travail stipule qu’il faut «éviter les élévations exagérées de température»

L’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) considère « qu’au-delà de 30 °C pour une activité sédentaire, et 28 °C pour un travail nécessitant une activité physique, la chaleur peut constituer un risque pour les salariés » et donc à plus forte raison pour des enfants.

Ce qu’il faut faire…

Lire la suite…


15.06.17

Remplaçants

Non à la remise en cause des droits et de l’ISSR des titulaires remplaçants ! Retrait du décret du 9 mai 2017 !

Le décret n° 2017-856 relatif à l’exercice des fonctions de remplacement des enseignants du premier degré a été publié au BO le 9 mai 2017.

La majorité des dispositions du projet de décret qui avaient été présentées au CTM et qui ont été dénoncées par FO est maintenue :

De premiers reculs apparaissent…

Pour autant, le SNUDI-FO a été reçu en audience par la nouvelle conseillère sociale du ministre le 11 juin 2017. Celle-ci a indiqué que le décret du 9 mai 2017 pourrait remettre en cause le versement de l’ISSR dans les écoles de la commune de son école de rattachement (plus d’ISSR versés à Paris par exemple). Elle a indiqué que le ministre consultera la direction des affaires juridiques sur cette question.

Le SNUDI-FO a immédiatement exprimé son total désaccord. Il rappelle que le décret 89-825 portant attribution de l’ISSR stipule dans son article 2 : « L’ISSR est due à partir de toute nouvelle affectation en remplacement, à un poste situé en dehors de leur école de rattachement. » Ce décret n’a pas été abrogé par le nouveau décret du 9 mai 2017.

Le SNUDI-FO continuera d’intervenir auprès du ministre pour garantir le maintien du paiement de l’ISSR selon les modalités actuelles.
Le SNUDI-FO invite les enseignants à continuer de signer et faire signer la pétition.

Plus que jamais, le SNUDI-FO revendique le retrait du décret du 9 mai 2017 et de sa circulaire d’application !

Lire la suite…


15.06.17

LIAISON ECOLE-COLLEGE

Le décret sur nos nouvelles Obligations Règlementaires de Services (ORS) a été publié à la hâte le 31 mars 2017, avant le départ de la Ministre Najat Vallaud-Belkacem.

Grâce à l’action de FO, ces mesures de dérèglementation de figurent plus explicitement dans ce décret. Le SNUDI FO continue de revendiquer le maintien du statut particulier des enseignants du 1er degré, avec des ORS définies uniquement en heures hebdomadaires d’enseignement, les mêmes pour tous, sur tout le territoire national !

Lire le communiqué du 6 avril 2017

De la même manière, contrairement au projet initial, ne figure dans nos nouvelles obligations de service aucune mention de la liaison école/collège.

Ainsi, la participation aux conseils école/collège ne peut donc être imposée à aucun collègue, ni par un IEN, ni par un principal !

Lire la suite…


14.06.17

Rythmes scolaires

Le décret Blanquer tourne le dos à l’exigence d’une semaine de 4 jours pour tous (lundi, mardi, jeudi, vendredi) sur tout le territoire national, sur 36 semaines !

Lire le communiqué SNUDI-FO 


12.06.17

Le Conseil Supérieur de l’Education (CSE) s’est réuni le 8 juin dernier. Il avait notamment à son ordre du jour le projet de décret rythmes scolaires.

Lire notre compte rendu

Votes sur le projet de décret relatif aux dérogations à l’organisation de la semaine scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires publiques (rythmes scolaires):
Pour : 21 (FSU (SNUipp), MEDEF, SNALC…)
Contre : 35 (FO, SUD, UNSA, FCPE…)
Abstentions : 1
Refus de prendre part au vote : 15 (CGT, CFDT…)

UNSA et FCPE ont voté contre, estimant pour leur part « qu’il était inacceptable que ce décret remette en cause la réforme des rythmes scolaires » !

FO a voté contre ce projet qui territorialise encore davantage l’école, plus encore que la réforme des rythmes scolaires. L’organisation de la semaine scolaire et son cadrage doivent être nationaux. Nous ne comprenons absolument pas la position du SNUipp sur cette question.

A noter que le SNUipp a déposé un amendement demandant que nos ORS soient définies « sur plus de 24 heures hebdomadaires en moyenne annuelle », ce qui signifierait qu’un PE puisse être contraint de faire plus de 24 heures de classe dans une semaine sans limite supérieure !


12.06.17

36 semaines, pas une de plus !

Le nouveau ministre annonce vouloir avancer vers une année de 40 semaines de classe, au moment où il introduit avec le projet de décret sur les rythmes scolaires la possibilité de déroger aux 36 semaines de classe et à organiser dans le premier degré une semaine scolaire de moins de 24 heures d’enseignement qui conduit à récupérer le complément sur les congés.

La FNEC FP-FO rappelle que le calendrier scolaire détermine le temps de travail des enseignants et par voie de conséquence de tous les personnels administratifs des DSDEN et des rectorats. Elle n’acceptera pas que le temps de travail et les congés des personnels soient soumis aux exigences locales, patronales ou de tout autre groupe de pression dans le cadre de la territorialisation de l’Ecole.

La suite…


7.06.17:

Rythmes scolaires

Projet de décret du ministre

Depuis 4 ans ont été mis en place dans les écoles de Mayenne les décrets Peillon/Hamon sur les rythmes scolaires instaurant des rythmes de l’enfant fluctuant en fonction des orientations politiques locales et des finances des communes. Ces décrets ont dégradé les conditions de travail des enseignants, accru la tutelle des élus politiques sur les écoles via les PEdT favorisant la multiplication des ingérences municipales en matière d’organisation et de pédagogie. Définition des horaires de classe, utilisation des locaux scolaires, et particulièrement des salles de classe, organisation de l’APC, mais aussi parfois contenu de l’enseignement … tout devrait être assujetti aux besoins des élus politiques.

La suite…


31.05.17

Depuis quelques semaines, les rumeurs vont bon train à propos de la remise à plat des rythmes scolaires, le retour à la semaine de 4 jours. Certaines mairies ont d’ailleurs commencé à sonder les usagers. Jusqu’à hier, il ne s’agissait que d’effets d’annonce liés notamment à la campagne présidentielle.

Mais depuis hier, nous avons pris connaissance d’un projet de décret, initié par Monsieur Blanquer, élargissant les possibilités de dérogation quant à l’organisation de la semaine scolaire.

L’annonce du retour possible à la semaine de 4 jours suscite un espoir chez les enseignants que nous pouvons comprendre, seulement ce projet de décret menace très clairement les congés et ouvre la voie à des calendriers scolaires locaux selon les PEdT dans la même logique de la loi de refondation.

Nos revendications demeurent les mêmes depuis 2013:

Abrogation des décrets sur les rythmes scolaires

Retour à une organisation nationale uniforme de la semaine scolaire, et non pas une organisation dans le cadre de décisions prises commune par commune

Ce projet de décret sera soumis au vote lors du prochain CSE (Conseil supérieur de l’éducation) le 8 juin prochain.

Lire le courrier adressé au ministre


29.05.17

La FNEC FP-FO reçue par le nouveau ministre de l’Éducation nationale

La FNEC FP-FO a été reçue, mercredi 24 mai par le nouveau ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Il a exposé ses axes de travail avec beaucoup de prudence, sa feuille de route sera connue fin juin avec trois paliers : la rentrée 2017, la rentrée 2018 et le reste du quinquennat. Il souhaite donner plus de pouvoirs au niveau local, clarifier et faire évoluer notre administration via la réforme territoriale et la régionalisation qui, selon lui, doivent évoluer en gardant une logique de déconcentration.

Enfin, sur deux points abordés par la délégation, la situation des stagiaires et l’inclusion scolaire, ces deux dossiers sont à ouvrir. La délégation de la FNEC FP-FO a alerté le ministre sur la nécessité de réelles concertations qui excluent le passage en force et a demandé que plusieurs questions soient remises à plat et discutées en écoutant les revendications des personnels : les rythmes scolaires, le collège, l’évaluation, l’inclusion scolaire, les stagiaires.

Lire le communiqué fédéral (FNEC-FP FO)


29.05.17

FONCTION PUBLIQUE

Les 120 000 suppressions de postes, le gel de la valeur du point d’indice pour l’année à venir, le rétablissement de la journée de carence, sont hélas confirmés, au nom de l’application du programme, validé par le résultat de l’élection présidentielle.

Lire le communiqué de l’UIAFP-FO


29.05.17

Le redoublement est toujours autorisé en élémentaire

La décision appartient au conseil des maîtres

Depuis deux ans, certains IEN affirment que les redoublements seraient interdits ou encore que la décision leur appartiendrait, voire qu’elle appartiendrait au DASEN ! Cela est totalement erroné.

Si le décret précise que l’IEN donne un « avis » sur les propositions de redoublement présentées par le conseil des maîtres, il n’est absolument pas écrit que le conseil des maîtres est contraint de suivre cet avis. Au contraire, les textes réglementaires précisent que la décision de passage ou de redoublement appartient au conseil des maîtres. En cas de désaccord des parents, les textes précisent d’ailleurs que ceux-ci peuvent « former un recours contre les décisions prises par le conseil des maîtres. » Il n’y a donc aucune ambiguïté : c’est donc bien, au conseil des maîtres et non à l’IEN qu’appartient la décision in-fine de faire redoubler (ou non) un élève.

Le décret précise : « le redoublement peut être décidé pour pallier une période importante de rupture des apprentissages scolaires » (rupture ne signifiant pas nécessairement déscolarisation mais « une période pendant laquelle l’enfant n’apprend plus » – NDLR).

L’avis de l’IEN, qui n’a donc qu’un caractère consultatif, ne peut en aucun cas lui permettre de refuser une décision prise par le conseil des maîtres qui est souverain en la matière.

Si votre école est concernée par ce type de pression, ou reçoit ces informations erronées de la part d’IEN, contacter le SNUDI-FO.

Pour ce qui est de la maternelle seule la CDA (commission des droits et de l’autonomie) peut décider un maintien à la suite d’une proposition formulée dans le cadre d’une équipe de suivi.

Lire notre dossier complet

Modèle de lettre


16.05.17

A propos de deux annonces présidentielles…

A peine élu, et dès avant la nomination du nouveau ministre de l’Education nationale, le nouveau Président de la république a fait des annonces pour la rentrée de septembre 2017.

Le SNUDI-FO rappelle que dans la Fonction publique toute annonce, fût-elle du président de la République, ne peut s’émanciper des textes réglementaires en vigueur.

  • A propos du  dédoublement des CP en REP+ PE affectés sur des postes de PDMQDC :

Le SNUDI-FO rappelle que les PE sont des fonctionnaires d’Etat dont les ORS, les règles d’affectations, l’avancement … sont régis par décrets qui définissent leur statut particulier. Toute opération de carte scolaire nécessite la consultation préalable des CTSD et du CDEN.

Le dédoublement souhaitable des CP tant en REP+ que dans l’ensemble des classes de CP et de milliers d’autres nécessite la création immédiate des postes nécessaires pour y parvenir.

  • A propos de l’annonce  concernant les rythmes scolaires :

Depuis 5 ans le SNUDI-FO, n’a eu de cesse de dénoncer les méfaits des décrets Peillon/Hamon sur les rythmes scolaires qui ont dégradé les conditions de travail des PE, accru leur tutelle vis à vis des mairies via le PEdT favorisant la multiplication des ingérences municipales en matière d’organisation et de pédagogie. Cette situation ne peut que s’aggraver avec la publication le 10 mai du décret sur l’évaluation PPCR. De plus les APC ont aggravé la confusion scolaire/périscolaire et participé de la destruction des RASED.

La suite…


16.05.17

HORS-CLASSE 

Le taux 2017 pour le passage est officiellement fixé à 5,5% !

Ces dernières semaines, le SNUDI-FO n’a cessé d’alerter et d’intervenir sur les dangers que constituaient les modifications des règles de passage à la hors classe et sur les craintes d’une remise en cause des taux de promotion.

Voir communiqué FO du 4 mai

Le syndicat exigeait du ministère « Les engagements ministériels doivent être tenus. Le taux de promotion à la hors classe doit être au minimum de 5,5 % ».

Après avoir longuement tergiversé (cf communiqué du 11 mai), le ministère annonce que le taux de promotion à la hors classe sera bien de 5,5%.

C’est enfin ce que précise officiellement un arrêté publié au Journal officiel du 11 mai 2017.

La suite


14.05.17

LSU et fascicules de propagande

Il est urgent d’attendre !

Les professeurs des écoles viennent de recevoir une lettre non signée à en-tête du ministère de l’Éducation nationale les enjoignant de remettre aux parents des fascicules afin de les inviter à consulter en ligne le livret scolaire unique (LSU) de leur enfant.
Compte tenu du caractère pour le moins « amateur » et anonyme de la lettre ministérielle, plusieurs DASEN ou chefs de services de DSDEN ont donné comme consigne de ne pas distribuer ces fascicules qui ne manquent d’ailleurs pas de poser plusieurs problèmes.
Le SNUDI-FO se félicite de ces sages décisions de représentants des autorités qui confirment conformément à la réglementation que la distribution des fascicules ne peut avoir de caractère obligatoire.

Pour sa part, le SNUDI-FO engage donc les collègues à ne pas remettre ces fascicules d’autant plus qu’ils contiennent des directives problématiques.

La suite…


Deux dossiers sur le bureau du prochain ministre

Il n’est point d’impasse là où on peut faire marche arrière

  • PPCR, évaluation : le dossier n’est pas clos

A l’instar du ministre Chatel publiant la veille de son départ en 2012 le décret sur la réforme de l’évaluation, la ministre Vallaud-Belkacem a signé en toute hâte le 5 mai ses décrets transposant PPCR à l’Education nationale. Le Journal Officiel du 7 mai les publie en même temps que plusieurs décrets d’application de la loi Travail. La suite…

  • Fonctionnaires stagiaires : il est urgent d’arrêter le massacre !

La ministre a toujours refusé l’ouverture de négociations pour des mesures d’urgence concernant les conditions de la formation et de la titularisation des fonctionnaires stagiaires. Elle a maintenu coûte que coûte la masterisation des concours dans le cadre de l’autonomie des ESPE, aboutissant à des formations inutiles, des emplois du temps impossibles, des règlements coercitifs et des évaluations successives et aberrantes. Elle n’a jamais remis en question l’outil de pression que constitue le référentiel de compétences des métiers, la dévalorisation permanente, l’infantilisation insupportable.

Le constat est sans appel : 1 631 stagiaires non titularisés dans le secondaire sur 15 239, 1 734 sur 14 685 dans le premier degré. Le nombre de démissions a été multiplié par trois.

La suite…


10.05.17

Inclusion scolaire

Un dossier urgent à ouvrir pour le prochain gouvernement
La loi Montchamp de 2005 «pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées» puis la loi Peillon de 2012 de refondation de l’école ont érigé en principe l’école inclusive. La confédération Force Ouvrière a toujours milité pour la pleine et entière intégration sociale et scolaire des personnes handicapées dès leur plus jeune âge dans l’école de la république mais uniquement dans des conditions optimales pour tous.
C’est la raison pour laquelle dès 2006 par un courrier de Jean-Claude Mailly au premier ministre de l’époque, Force Ouvrière s’est inquiétée des conditions de la mise en œuvre de la loi Montchamp élevant au rang de principe l’inscription des enfants et des jeunes handicapés dans leur école de quartier. Pour Force Ouvrière, la scolarisation des enfants handicapés ne peut être examinée qu’au cas par cas par des professionnels qualifiés selon la nature et le degré de handicap et seulement après avoir mobilisé les moyens humains et financiers nécessaires à un accueil adapté.

04.05.17

Projet de décret sur le remplacement dans le 1er degré

Une attaque contre le statut et l’ISSR

L’ISSR menacée
L’article 3 de ce projet de décret (non encore publié) sur le remplacement prévoit que « Le territoire de la commune où est implanté cette école, cet établissement ou ce service est la résidence administrative des intéressés ». Il précise également « Les instances paritaires compétentes sont consultées sur les modalités d’application des dispositions du présent article ».

Signez la pétition en ligne adressée à la Ministre

Pétition « papier » à imprimer et faire circuler(à renvoyer à SNUDI-FO 53, 10 rue du Dr Ferron, BP1037, 53010 Laval Cédex ou à contact@snudifo-53.fr)

La suite…


04.05.17

OBLIGATIONS DE SERVICE

Abrogation du décret du 29 mars !

Le décret relatif aux obligations de service et aux missions des personnels enseignants du premier degré a été publié au JO du 31 mars 2017…

Maintien du statut particulier des enseignants du 1er degré, avec des obligations réglementaires de service définies en heures hebdomadaires d’enseignement, les mêmes pour tous

Alors que le Comité technique ministériel du 16 juin 2016 avait majoritairement rejeté le projet (vote « contre » FO, FSU, CGT, FAGF, seules l’UNSA et la CFDT votant « pour »), la ministre vient de commettre un nouveau coup de force en promulguant le décret modifiant les obligations réglementaires de service des PE.

La suite…


 

04.05.17

Passage à la hors classe (rentrée 2017)

Les dysfonctionnements s’accumulent, aucun collègue ne doit être lésé !

L’arrêté fixant le taux de passage à la hors classe des PE n’est toujours pas paru.

Depuis plusieurs mois, le ministère indique que le taux de passage à la hors classe des PE serait de 5,5 % (au lieu de 5 % en 2016), mais l’arrêté qui doit être publié n’est toujours pas paru. Le ministère de l’Éducation nationale reste en attente de l’accord du ministère du Budget.

Nous avions déjà rencontré ce problème l’an dernier. L’arrêté, paru seulement le 10 mai, a retardé tout le travail ministériel, rectoral et départemental nécessaire pour que les CAPD puissent examiner les listes des PE bénéficiant de cette promotion de grade. Conséquence : les personnels promus qui avaient prévu de partir à la retraite, n’ont pu prendre que très tardivement, et souvent pendant les vacances d’été, la décision de rester en activité un an supplémentaire pour bénéficier de ce nouvel échelon pour la retraite.

Il sera également plus difficile pour les syndicats dans les départements, dans un calendrier une nouvelle fois plus que contraint, de vérifier que le taux départemental correspond effectivement au taux national et d’agir pour qu’il le soit si nécessaire. Pour rappel, l’an dernier, dans plusieurs départements, le taux était inférieur au taux national qui était fixé à 5 %.

La suite…


D’où vient le 1er mai ? Lire notre page spéciale…

Le 1er mai, journée de solidarité internationale et d’expression des revendications, aura cette année une dimension particulière dans le contexte du second tour des élections présidentielles et des législatives à venir. Le 1er mai n’est pas la journée d’expression de telle ou telle consigne de vote, un syndicat n’a pas vocation à agir en ce sens. Le syndicat n’est pas un directeur de conscience. Le 1er mai, cela ne nous empêchera pas de rappeler nos positions et nos revendications.

Pour FORCE OUVRIERE, opposée génétiquement au racisme, à la xénophobie et à l’antisémitisme, les principes républicains de liberté, d’égalité, de fraternité, de laïcité ainsi que la démocratie sont des valeurs incontournables.

Comme FORCE OUVRIERE ne cesse de l’affirmer, la crise étant le terreau sur lequel prospère les idées d’extrême droite, il est urgent de mettre fin aux politiques d’austérité suicidaires socialement, économiquement et démocratiquement.

Les revendications seront donc au cœur de ce 1er mai : augmentation des salaires, sauvegarde de la protection sociale collective et du service public républicain, développement d’un emploi stable avec un vrai travail, un vrai salaire, un vrai contrat, préservation de la liberté syndicale et de la liberté de négociation, ce qui implique d’abroger la loi travail pour respecter la hiérarchie des normes.

RASSEMBLEMENT FO à 11h00, à l’union départementale FO, rue du docteur Ferron, à Laval, lundi 1er mai.


Non à la remise en cause de l’ISSR et des droits des titulaires remplaçants ! Retrait du projet de décret ministériel !

Signez la pétition en ligne adressée à la Ministre

Pétition « papier » à imprimer et faire circuler(à renvoyer à SNUDI-FO 53, 10 rue du Dr Ferron, BP1037, 53010 Laval Cédex ou à contact@snudifo-53.fr)


Psychologues de l’Education nationale

PÉTITION EN LIGNE:
Non aux 1607 heures, non au travail pendant les congés !

4 pages spéciales avec pétition « papier »


04.04.17

CHSCT

Un CHSCT départemental s’est réuni lundi 27 mars.

Déclaration

Compte-rendu complet(à imprimer et à partager dans la salle des maîtres)

La suite…


Médecine de prévention

Où en est-on ?

Nous avons reçu copie de 120 demandes de visite médicale. Ces demandes doivent être traitées et par conséquent un médecin de prévention doit être recruté dès maintenant dans le département pour assurer les obligations des autorités administratives en matière de médecine du travail et pour faire respecter le droit fondamental à la santé des personnels de l’éducation nationale.

La suite…


31.03.17

CRPE

Le SNUDI -FO demande l’ouverture des listes complémentaires en fonction des besoins, et écrit à la ministre.

Lire le courrier


27.03.17

Convention ruralité

Une opposition forte et la convention n’est pas signée !

Le président de l’AMF ne signe finalement pas cette convention. Cela est à mettre en relation avec la levée de boucliers des maires du département, dont beaucoup avaient fait suite à notre courrier pour connaitre les moyens de s’opposer à ce projet.

La convention est donc pour le moment abandonnée et nous nous en félicitons. C’est le résultat de la méthode appliquée par les initiateurs de ce projet, la conséquence des inquiétudes générées par l’idée même de cette convention, et le fruit des alertes lancées.

La suite…


24.03.17

Projet de décret sur le remplacement dans le 1er degré

Non à la remise en cause de l’ISSR et des droits des titulaires remplaçants ! Retrait du projet de décret ministériel !

Signez la pétition en ligne adressée à la Ministre

Pétition « papier » à imprimer et faire circuler(à renvoyer à SNUDI-FO 53, 10 rue du Dr Ferron, BP1037, 53010 Laval Cédex ou à contact@snudifo-53.fr)

Alerte ! La ministre a présenté au CTM du 22 mars un projet de décret « relatif à l’exercice des fonctions de remplacement des enseignants du 1er degré » qu’elle prétend publier dans les jours qui viennent et le rendre ainsi applicable dès la rentrée prochaine (au mépris de la réglementation, la circulaire d’application de ce projet de décret est parue au BO du 17 mars).
Le SNUDI-FO alerte tous les collègues et les invite à signer la pétition adressée à la ministre pour exiger le retrait de ce projet de décret qui :
► remet en cause la distinction entre ZIL et BD (art. 3) ;
► définit « le territoire de la commune » comme « la résidence administrative » et pourrait remettre ainsi en cause le versement de l’ISSR pour tous les remplacements dans les écoles de la commune de l’école de rattachement administratif (art. 3) ;
► vise à « territorialiser » et à différencier les modes de versements de l’ISSR ainsi que les droits des titulaires remplaçants suivant les départements en instituant des « négociations » locales au niveau des CAPD (art. 3) ;
► pourrait contraindre les remplaçants à renoncer à l’ISSR en les affectant d’office sur des postes vacants (art. 1) ;
► s’attaque au statut en ouvrant la possibilité d’affecter un remplaçant sur un « service » pour y effectuer de nébuleuses « activités de nature pédagogique » (art. 3) ;

(Vote au CTM sur le projet de décret : Contre : FO GT FSU FGAF- Pour : CFDT – Abstention : UNSA)


21.03.17

Le CAPPEI en lieu et place du CAPA-SH et du 2 CA-SH

Le ministère recule sur la fusion des corps et les postes inter-degrés !
Abrogation du CAPPEI

21.03.17

Psychologues de l’Education nationale

Suite à la création du corps des psychologues de l’Education nationale, la ministre propose un nouveau décret et deux nouveaux arrêtés sur le temps de travail et les indemnités :
Résultat des courses
– 1607 h de temps de travail annuel dont 3 semaines durant les congés pour tous les psychologues de l’Education nationale dans le 1er et dans le 2nd degré
– 1200€ d’indemnité en moins pour les psychologues de l’Education nationale du 2nd degré par rapport à ceux du 1er degré
– Moins 500€ pour tous pour le tutorat de stagiaires
La FNEC-FP FO a voté contre la création du statut de psychologues de l’Education nationale. Selon nous, la création d’un corps commun au 1er et au 2nd degré ne pouvait que déboucher sur une augmentation de la charge de travail et un élargissement des missions.

21.03.17

La Communale N°4 vient de paraitre. Elle est envoyée dans toutes les écoles et à tous les adhérents du SNUDI-FO 53.

A télécharger:

Toutes nos publications accessibles sur notre site.


10.03.17

Le SNUDI-FO propose un document de 4 pages « spécial direction d’école »

Au sommaire de ce numéro:

Les relations Directeurs – Municipalités et Parents
Les rapports Directeurs – hiérarchie
Les protocoles locaux de simplifications des tâches une volonté ministérielle de déréglementer
Projets ministériels sur le numérique : Alerte !
PPCR : Aucune revalorisation spécifique pour les directeurs
Les locaux scolaires ne sont pas des salles municipales dont les maires peuvent disposer comme bon leur semble


10.03.17

DIRECTION D’ÉCOLE : le SNUDI-FO met en garde

16 engagements de la ministre contre… le décret de 1989 fixant la fonction et les obligations des directeurs

Lire le communiqué du SNUDI-FO (national)


INEAT-EXEAT

Le SNUDI-FO 53 conseille à tous les collègues n’ayant pas obtenu satisfaction lors de la phase des permutations informatisées, de participer à cette nouvelle phase du mouvement interdépartemental 2017.

Les demandes sont à formuler jusqu’au 18 mai 2017.

La circulaire départementale

L’imprimé INEAT

Notre syndicat accompagne les collègues dans leur démarche. Contactez le snydicat: contact@snudifo-53.fr / 0626159172


09.03.17

Résultat des permutations: aucune amélioration!

Cette année, sur les 16 741 demandes de changement de département pour la rentrée 2017 (16 482 en 2016), seules 4 009 (3 948 en 2016) ont obtenu satisfaction, soit un taux de 23,94 % (23,95 %). Si on revient plus de 10 ans en arrière, le taux de satisfaction des permutations était de 42,74 % (soit presque deux fois plus).

Quand cela va-t-il cesser ?

Lire la suite…

42 % de satisfaction en 2005 – entre 21 et 25 % (2) depuis 5 ans.

Ces résultats remettent en cause le droit à mutation. Ils sont la conséquence du manque de postes et de la politique d’austérité appliquée à tous.


02.03.17

CONVENTION RURALITÉ

Après avoir rencontré le DASEN, le SNUDI-FO 53 écrit aux maires du département

Lire notre courrier

La suite…


02.03.17

Mayenne: quand un élu convoque des enseignants…avec l’accord de l’IEN

Le SNUDI-FO 53 fait reculer la mairie et obtient des garanties

Une conseillère municipale «convoque» des PE via un courrier dans lequel est indiqué que l’IEN sera présent à cette entrevue.Nous sommes tout de suite intervenus auprès du maire de la commune de Mayenne, et auprès de l’IEN. Celui-ci nous confirme avoir donné son accord pour sa « co-signature ». Nous lui faisons part de notre choc, à la lecture de cette injonction et lui indiquons que notre syndicat considère cette méthode totalement inacceptable. Monsieur Raynal, reconnait sa « maladresse » en nous garantissant que cela ne se reproduira plus.

Lire notre courrier au Maire de Mayenne

La suite…


02.03.17:

LES ARNAQUES DE PPCR

Lire le détail…

Arnaque n°1: Des dizaines de milliers d’enseignants ont une paie de janvier inférieure à celle de décembre !

Arnaque n°2: Le reclassement dans les nouvelles grilles au 1er septembre 2017 : de nombreux collègues seront perdants !

Arnaque n°3: À partir de 2018, le nombre de promotions à la hors classe risque de s’effondrer

Arnaque n°4: De nombreux enseignants au 10ème ou 11ème échelon, voire au 9ème échelon avec plus de deux ans d’ancienneté lésés pour accéder à la hors classe


02.03.17

Démissions de professeurs, licenciements de stagiaires, concours désertés :

Le rôle de FO c’est de rétablir les faits

Déni de réalité

Les articles de presse se multiplient sur les démissions de professeurs suite à la publication d’un rapport sénatorial. La ministre minimise en parlant de démissions «extrêmement faibles». Pour d’autres, il est normal que le nombre de démissions soit multiplié par trois dans le 1er degré et par deux dans le 2nd degré entre 2012 et 2016, en raison du nombre de postes ouverts aux concours de l’éducation nationale : il fallait oser ! Ouvrir des postes aux concours conduirait à la démission ? Rétablissons les faits.

La suite…


02.03.2017

CAPPEI : une remise en cause de la formation spécialisée et des statuts

Au nom de l’inclusion, l’enseignement spécialisé est menacé !

Le 26 janvier, le Conseil supérieur de l’éducation examinait les projets de décret et d’arrêtés

Trois projets de textes (décret et arrêtés) ont été présentés au Conseil supérieur de l’éducation (CSE), permettant la mise en place du Certificat d’aptitude professionnelle aux pratiques de l’éducation inclusive (CAPPEI). De quoi s’agit-il ?

La suite…


09.02.17

Carte scolaire 2017

Le CDEN s’est donc tenu aujourd’hui. (Les décisions de l’IA)

La déclaration FO au CDEN

Encore une fois le SE-UNSA s’est abstenu, laissant une fois de plus les mains libres à l’administration.

Quelques articles de presse:

http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/laval-53000/laval-manifestation-contre-la-fermeture-d-une-classe-craon-4791226

http://www.lecourrierdelamayenne.fr/actualite-18219-carte-scolaire-des-parents-devant-prefecture.html

Le DASEN crée un grave précédent, en annonçant la veille du CDEN, la fermeture d’une classe (Erik Satie – Craon). Au delà des problèmes de forme, cela témoigne de la conception purement comptable, sans prise en compte des éléments de terrain dont nous lui avons fait part à maintes reprises.

Nous alertons le Recteur de l’académie des méthodes employées aujourd’hui, par notre inspecteur d’académie


08.02.17

Mouvement départemental 2017 : des problèmes en perspective ?

En cas de fermeture de classe, la règle qui prévalait jusqu’à cette année était d’une limpidité brutale : le dernier nommé sur l’école perdait son poste et devait participer au mouvement.

Une nouveauté est introduite cette année : avec l’accord du dernier nommé, s’il souhaite rester sur l’école, un autre enseignant peut prendre la priorité sur la commune ou les points de bonification. La mesure peut paraître séduisante car elle atténue le caractère automatique de la mutation. Toute médaille a cependant son revers. Ainsi, dans certains cas, n’est-il parfaitement imaginable que des pressions pourraient s’exercer pour qu’un collègue s’en aille plutôt qu’un autre ? De plus, en cas de « priorité sur la commune », comment départager deux collègues également intéressés ? On pourra nous dire qu’il faut l’accord des deux collègues pour que la règle s’applique. Nous rétorquerons qu’une telle manifestation écrite n’empêchera pas, dans certains cas, des pressions inadmissibles.

Si c’était le cas, nous invitons les collègues qui en seraient les victimes à prendre contact sans délai avec le SNUDI-FO 53.


Le serveur pour le mouvement départemental  de la Mayenne sera ouvert du 9 mars au 4 avril. Le SNUDI-FO 53 sera, durant cette période, auprès des collègues pour les informer au mieux et les aider à formuler leurs vœux.

 NOTRE PAGE SPÉCIALE « MOUVEMENT 2017 »


02.02.17

Carte scolaire 2017

Le SNUDI-FO 53 a signifié au Directeur Académique qu’il envisageait de déposer un préavis de grève pour revendiquer les moyens permettant d’assurer des conditions de travail qui respectent tant les personnels que les élèves.

Cette démarche impose à l’Administration d’organiser une réunion de négociation sur les revendications posées par le syndicat. Cette réunion a eu lieu mercredi 1er février, de 15h30 à 18h00, à la Direction Académique. L’Administration était représentée par le Secrétaire Général (SG) et le DASEN (IA) ; la délégation syndicale était composée de Fabien Orain, représentant FO au CTSD et au CDEN et de Stève Gaudin, secrétaire départemental du syndicat.

LIRE NOTRE COMPTE RENDU (4 pages)

Le SNUDI-FO 53 a déposé un préavis de grève pour le 9 février pour vous permettre, si vous le décidez, de vous mettre en grève pour revendiquer une classe ou pour refuser une fermeture, ou de vous rassembler avec des délégations de parents, d’élus devant le conseil départemental à 17 heures…

Attention, la déclaration d’intention de grève doit parvenir à votre IEN AVANT LUNDI 6 FEVRIER minuit par votre messagerie professionnelle en prénom.nom@ac-nantes.fr ou avec la boite mail de l’école.

D’ici là, si vous contestez la fermeture qui frappe votre école ou si vous n’obtenez pas l’ouverture que vous demandez, alertez les parents et vos élus locaux de la situation, exprimez avec eux vos revendications par des courriers et pétitions adressés au Directeur Académique, au Préfet. Communiquez au syndicat tous les éléments sur la situation de votre école.

A lire:

 Ouest France du 1er février:

A propos de la carte scolaire : « un scénario semble-t-il assez bien reçu par les syndicats, « le directeur a soigné son argumentation estime Pascal Hareau de l’Unsa-éducation. Cette carte est assez bien équilibrée. Nous apprécions notamment les 9,5 moyens supplémentaires. »

Nous ne partageons absolument pas cette analyse. Nous ne souhaitons pas non plus y être associés.

LIRE NOTRE COMMUNIQUE DE PRESSE

La carte scolaire proposée par M. Waleckx n’est pas acceptable: 17 fermetures pour 9 ouvertures, des dispositifs de la loi de refondation au détriment de l’ouverture de classe, pas de prise en compte des moins de 3 ans, des élèves ULIS, globalisation des effectifs…

RASSEMBLEMENT DEVANT LA PRÉFECTURE

17h00, JEUDI 9 FÉVRIER


1er février : rassemblement pour le retrait du projet de décret sur l’évaluation des enseignants

Près de 30 enseignants se sont mobilisés devant l’Inspection académique mercredi, malgré la pluie !

Mercredi, une délégation FO a été reçue par l’administration. Elle était composée de Lydie Deschamps (SNFOLC 53), et de Stève Gaudin et Fabien Orain pour le SNUDI-FO 53. L’administration était représentée par M. Waleckx (IA), M.Mauger (SG) et M. Drault (IEN adjoint à l’IA).

La suite…


31.01.17

Carte scolaire 2017

Le CTSD s’est tenu ce matin. Nous déplorons une fois encore une dotation insuffisante malgré qu’elle soit en augmentation. Malheureusement trop de classes vont encore fermer à la rentrée prochaine. Le DASEN pour respecter les priorités nationales (renforcement des dispositifs de la loi de refondation notamment) ferme des postes. Nous ne pouvons pas ni cautionner, ni accepter ses décisions.

Les votes:

5 CONTRE (1 FO, 1 CGT, 1 SUD, 2 SNUipp)
4 ABSTENTIONS (3 UNSA, 1 SNUipp)
(on notera l’absence de la CFDT, titulaire comme suppléant)

Les décisions du DASEN (clic)

La suite…


La FNEC FP-FO, la CGT Educ’action et SUD Éducation appellent à des rassemblements dans toute la France, le mercredi 1er février pour exiger le retrait du projet d’évaluation des enseignants.

Le SNUDI-FO 53, avec SUD éducation 53, le SNFOLC 53 (collège/lycée), le SNETAA-FO (lycée pro.), et la CGT éduc’action appelle tous les enseignants à participer à un rassemblement devant la DSDEN de Laval, le mercredi 1er février à 15h.
Pour exiger le retrait du projet de décret Vallaud-Belkacem sur l’évaluation, transposant le PPCR

Pour nous indiquer votre participation à ce rassemblement >cliquer ici<

pdf-icone
Lire l’appel national


Lire notre document d’analyse du décret d’évaluation des enseignants

Conséquences et situation concrète pour un administratif pour qui l’évaluation est en place depuis 2005

Des prises de position sur le département, pour le retrait du projet de décret sur l’évaluation :

Ernée

Craon

Laval

Mayenne

Pré-en-Pail

La suite…

signe_petitionÉVALUATION DES ENSEIGNANTS

POUR RAPPEL :

– En 2008, FO, la FSU, la CGT et SUD exigeaient en commun « le retrait de ce projet d’arrêté, l’abandon de toute expérimentation des entretiens professionnels à l’Éducation nationale, le retour à une notation chiffrée objective étroitement corrélée à l’ancienneté.»

– En 2012, l’action commune avait permis de faire abroger le décret Chatel sur l’évaluation.

– Septembre 2016 : le SNUipp–FSU organise une consultation des PE : 80% des réponses sont contre le projet d’évaluation.

– CTM du 7/12/2016, FSU, CFDT et l’UNSA, votent « Pour » le décret évaluation PPCR alors que FO, CGT, FGAF votent « Contre ».


19.01.17

Communiqués nationaux:

Accès à la hors-classe: nos craintes sont confirmées ! (compte-rendu du GT au ministère)

Inspection des T2: le SNUDI-FO interpelle le ministère

PPCR: vous avez dit revalorisation ?

PPCR: le reclassement dans les nouvelles grilles


18.01.17

Notre dossier spécial sur les évaluations d’école et leur relation avec le projet de décret de la ministre:


18.01.17

TEMPÉRATURE DANS LES CLASSES

Certains collègues ont été confrontés cet hiver à des défaillances du chauffage dans leurs écoles. Si vous constatez en arrivant à l’école que la température ne permet pas de faire travailler les élèves* (on a pu constater des températures inférieures à 14°c dans des classes) et que le chauffage ne peut pas être rétabli rapidement, il faut aussitôt informer le maire de la situation et de l’obligation de renvoyer les élèves dans leurs foyers (il peut prendre un arrêté de fermeture de l’école). Le directeur en avise également l’IEN. On signale ensuite aux familles qu’il n’y aura pas classe ce jour et on leur demande de garder leurs enfants.

La suite…


18.01.17

La notion d’animation pédagogique obligatoire n’existe pas !

Le SNUDI-FO 53 a interpellé le DASEN à propos des animations pédagogiques, dites « obligatoires » (lire le courrier). Les IEN ont reconnu qu’aucune animation pédagogique ne pouvait être imposée à un enseignant. Les responsables administratifs et nos supérieurs hiérarchiques reconnaissent donc la justesse de notre position tout en la « regrettant ».

Saisissez le SNUDI-FO en cas de pression !


04.01.17

Carte scolaire 2017

Calendrier prévisionnel des instances :

  • Jeudi 26 janvier 2017, 14h : Groupe de travail où le DASEN présentera ses intentions de fermetures/ouvertures.
  • Mardi 31 janvier 2017 : CTSD « carte scolaire » où le DASEN soumet pour avis son projet de carte scolaire aux organisations syndicales.
  • Jeudi 9 février 2017 : CDEN « carte scolaire » où le DASEN soumet pour avis son projet de carte scolaire aux représentants des parents, aux représentants des collectivités locales (élus politiques), aux représentants syndicaux, aux représentants des associations complémentaires de l’Enseignement public et aux personnalités compétentes.

Si vos effectifs vous font redouter une fermeture ou au contraire espérer une ouverture, si des rumeurs de fusion, de globalisation, de regroupements pédagogiques vous menacent, n’hésitez pas à compléter rapidement notre enquête en ligne ou en nous renvoyant ce document: format .XLS ou format .ODS . Vous pouvez aussi nous envoyer la copie des remontées à la DSDEN.

Les précisions de vos renseignements nous permettront de mettre en parallèle les chiffres avancés par l’Administration qui souvent sont « sous-évalués » par rapport à la réalité !

Comme chaque année, tous les dossiers confiés aux représentants FO seront étudiés et défendus lors de ces instances.

N’hésitez pas à contacter vos représentants FO « carte scolaire » :

Fabien Orain : 06 74 37 73 52

Stève Gaudin : 06 26 15 91 72


lsun04.01.17

Le SNUDI-FO 53 a pris contact avec la CNIL* (Commission nationale de l’informatique et des libertés) pour vérifier la déclaration de l’application LSUN. La CNIL nous répond: « …cette application a fait l’objet d’une déclaration auprès de la CNIL par le ministère de l’Éducation nationale, et non pas d’une demande d’avis. En conséquence, la CNIL n’a émis aucun avis et rendu aucune délibération. En outre, je vous précise que c’est le responsable du fichier, en l’espèce le ministère de l’Éducation nationale, qui est en charge d’assurer la sécurité et la confidentialité des données qu’il collecte et traite. La CNIL dispose d’un pouvoir de contrôle a posteriori qui lui permet de s’assurer que des mesures de sécurité conformes à l’état de l’art sont effectivement mises en œuvre. »

Pourquoi le ministère ne demande t-il pas l’avis de la CNIL ? Peut-être sait-il déjà que cet avis sera défavorable…

*La CNIL est l’autorité française de contrôle en matière de protection des données personnelles. Elle a pour mission de protéger les données personnelles et de préserver les libertés individuelles.

La suite…


statuts30001

Comme annoncé, FO a voté CONTRE ces projets ministériels de transposition de PPCR dans l’Education nationale, dont le projet d’évaluation des enseignants qui en découle

La transposition de PPCR dans l’Education Nationale c’est une régression à tous les niveaux : salaires, promotions, mobilité imposée, carrières et nouvelle évaluation des enseignants…

Le Comité technique ministériel convoqué ce 7 décembre devait donner un avis sur les projets de décrets statutaires bouleversant les statuts des corps enseignants et des CPE sur les déroulements de carrière, les grilles indiciaires ainsi que l’évaluation.

Les votes au CTM :

Contre : FO, CGT, SNALC

Pour : CFDT, FSU, UNSA

La discussion au CTM a confirmé que l’évaluation et l’accompagnement constitueraient de nouveaux moyens de pressions contre nos collègues, que les promotions seraient décidées à la tête du client et qu’une diminution drastique du nombre de promus à la hors-classe se préparait !

La suite…


14.12.16:

BASE ELEVE, ONDE, AFFELNET…

Alerte !

Le 28 novembre dernier, le ministère de l’Éducation nationale invitait enfin les organisations syndicales à prendre connaissance des projets de textes visant à transformer Base Elève en ONDE (Outil Numérique pour la Direction d’Ecole) concoctés avec un « comité de directeurs » choisis et déclarés représentatifs par le ministère en dehors des organisations syndicales.

Augmentation et alourdissement des tâches des directeurs
Mise en cause des statuts des personnels et de l’école

La suite…


14.12.16

L’OCDE assure la promotion des contre-réformes

Les résultats de l’enquête PISA 2015 viennent d’être rendus publics par l’OCDE.

La poursuite des politiques d’austérité

Rappelons que ces tests n’évaluent pas la maîtrise des programmes scolaires par les élèves mais les compétences. Cela n’a pas empêché les nombreux commentateurs d’y trouver la vertu de révéler l’échec des politiques de droite, selon la gauche, et l’échec des politiques de gauche, selon la droite. L’actuelle ministre voit donc dans la publication de ces résultats une occasion de vanter les réformes découlant de la Refondation et de fustiger les précédentes. Comme s’il n’y avait pas de continuité, comme si toutes ces réformes n’avaient pas en commun de diminuer les heures de cours et d’aggraver les inégalités en renforçant l’autonomie des établissements.

Marchant dans les pas de la loi d’orientation Fillon de 2005, les ministres de la Refondation n’ont fait que poursuivre les politiques de destruction de l’école publique…

La suite…


14.12.2016

INCLUSION SCOLAIRE

Enseignement spécialisé en danger !

En application de l’article 91 de la Loi Santé, la ministre veut instaurer des «dispositifs ITEP» dérogeant aux notifications MDA (Maison des droits et de l’autonomie ; ancienne MDPH)

La ministre présentera au CSE du 26 janvier 2017 un projet de décret relatif au fonctionnement en dispositif intégré prévu par l’art 91 de la loi dite de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016.

L’article 91 de ce projet de décret menace directement les établissements spécialisés

Ce projet de décret prévoit de créer un fonctionnement en «dispositif ITEP SESSAD» qui permettrait de déroger au PPS (Projet Personnalisé de Scolarisation) et aux notifications de la MDA. Un tel dispositif s’inscrit dans la même logique de restructuration/fusion de services avec les GHT et au final de suppressions de postes et de structures entières.

Ainsi la MDPH notifierait «dispositif ITEP» au sein duquel le PPS qui fixe les conditions d’accueil, le temps de scolarisation, les aménagements des locaux, la présence d’un AVS dans la classe… pourrait être modifié (Art D. 351-10-1) au gré des moyens disponibles et des contingences locales à l’image de la convention ARS-région Rhône/Alpe/Auvergne dont l’objectif avéré est de réduire le nombre de postes d’enseignants spécialisés.

L’art D. 351-10-3 du projet permettrait qu’un élève orienté en ITEP puisse être transféré dans une SEGPA, un EREA ou une ULIS sans autre forme de procès que l’accord des autorités académiques, formalisée par une simple convention, sans que la CDA (Commission des droits et de l’autonomie) soit saisie et émette un avis. La CDA, garante du suivi adapté de ces enfants, serait totalement dessaisie.

Ce serait une remise en cause du droit des enfants présentant un handicap à bénéficier d’une prise en charge adaptée à leurs besoins. Ce processus de déréglementation ne peut que conduire à une désorganisation du fonctionnement de ces structures spécialisées.

La suite…


07.12.16: Décrets PPCR: FO a voté CONTRE (Communiqué fédéral)

Bouleversement  des statuts des enseignants sur l’évaluation, sur les déroulement de carrière…

Le Comité technique ministériel convoqué le 7 décembre devait donner un avis sur les projets de décrets statutaires bouleversant les statuts des corps enseignants et des CPE sur les déroulements de carrière, les grilles indiciaires ainsi que l’évaluation.

Les votes au CTM

Contre : FO, CGT, SNALC

Pour : CFDT, FSU, UNSA

Les réponses données par les représentants de la ministre concernant l’évaluation des enseignants lors du CTM ne font que confirmer nos craintes et renforcer notre détermination à combattre cette réforme.

Des milliers de collègues ont déjà signé la pétition de la FNEC-FP FO pour l’abandon de la réforme de l’évaluation !


30.11.16

CHSCT

Le premier CHSCT départemental s’est tenu lundi 28 novembre.

pdf-iconeDéclaration

pdf-iconeCompte-rendu

Quelques extraits:

  • Visite du collège Fernand Puech par une délégation du CHSCT:

Le compte-rendu est validé. Le DASEN a indiqué avoir lu avec attention notre compte-rendu, mais n’être que spectateur des conclusions de cette visite. Même si le rapport de visite de la délégation CHSCT, est un levier à utiliser pour la défense et la sauvegarde du collège, le DASEN nous fait savoir que cela n’engage pas sa parole.

La suite…


Dans les réunions d’information syndicale, lors de nos visites d’école nous pouvons faire un constat :

Le rejet de la réforme de l’évaluation est réel. Les collègues, sont choqués quand ils découvrent qu’après la suppression de la notation, ils repartiront à zéro lors des entretiens de carrière, et qu’à l’issue de ces entretiens, ils seront classés dans les groupes « excellents », « très satisfaisants », « satisfaisants » ou « à consolider ».

Tout le monde sait qu’à l’inverse d’une note qui ne peut être baissée que de manière exceptionnelle, les compétences d’un enseignant, quel qu’il soit, peuvent être remises en cause à tout moment. Ils ne veulent pas être « stagiaires à vie ».

Nous ne voulons pas d’un traitement à « la tête du client » : or, c’est parmi les collègues jugés « excellents » à l’issue des rendez-vous de carrière que seront choisis les 30% qui bénéficieront d’un avancement d’échelon accéléré ou d’un passage à la hors-classe. La suppression du barème pour l’avancement d’échelon, le remplacement du recours à priori en CAPD par le recours individuel, d’abord devant le supérieur hiérarchique et ensuite seulement devant la CAP renforcent considérablement l’arbitraire d’un tel système.

Cette réforme de l’évaluation nous mettra directement sous la tutelle des hiérarchies locales et des partenaires de l’école.

 

pdf-icone
Lettre adressée aux personnels par FO, SUD et CGT

pdf-icone
Prise de position adoptée par les collègues réunis à la RIS du 24/11/16 à Laval

pdf-icone
Prise de position adoptée par les collègues réunis à la RIS du 17/11/16 à Mayenne

pdf-icone
Prise de position adoptée par les collègues réunis à la RIS du 01/12/16 à Craon

pdf-icone
Prise de position adoptée par les collègues réunis à la RIS du 08/12/16 à Pré-en-Pail

pdf-icone
Lettre adressée à la secrétaire générale de la FSU par FO


ecole

30.11.16

Discussions autour des APC : un écran de fumée pour tenter de faire oublier le projet d’évaluation des enseignants ?

Depuis plusieurs semaines, la Ministre de l’Education nationale prétend, avec la mise en œuvre du non-protocole PPCR, imposer aux enseignants contre leur gré, un système d’évaluation comparable à celui que M.Chatel voulait mettre en place en 2012 et qui aboutit à une individualisation de la gestion de la carrière et à une destruction des garanties collectives en matière de promotion et de mutation.

Cependant, selon des « sources bien informées », la ministre annoncerait l’ouverture de discussions avec les syndicats pour redéfinir l’utilisation du temps octroyé actuellement aux APC. Cette annonce est présentée comme une grande victoire syndicale par certains. Mais ne s’agit-il pas au contraire d’un écran de fumée pour tenter de faire oublier l’essentiel: le projet de décret sur l’évaluation des enseignants ?

A cette occasion, le SNUDI-FO rappelle que les PE ne veulent ni des APC, ni des rythmes scolaires !

La suite…


lsun

30.11.16

En lien avec le socle commun et les nouveaux programmes, les enseignants du département sont sollicités pour mettre en place le livret scolaire unique (LSU) en élémentaire et au collège. FO est intervenu sur cette question en CHSCT départemental et a déposé un avis, pour que les collègues ne soient pas inquiétés s’il n’utilisaient pas le LSUN. Seul SUD Education nous a suivi pour voter cet avis. Le Snuipp-FSU et le SE-UNSA accompagnent la mise en place du LSUN.

La suite…


23.11.16

ISAE pour tous : OUI !
Garantie d’accès à la hors classe pour tous : OUI encore
Évaluation pour tous : NON

Depuis la création de l’ISAE, le SNUDI-FO n’a eu de cesse de revendiquer que tous les enseignants du 1er degré soient bénéficiaires de cette indemnité sans discrimination contrairement à ce qui se pratique aujourd’hui.

Dans le même temps le SNUDI-FO a immédiatement revendiqué que cette indemnité soit intégrée dans le traitement afin qu’elle soit comptabilisée pour la retraite. De plus, le SNUDI-FO a associé cette revendication à l’augmentation de la valeur du point d’indice d’au moins 8%, tant le blocage des salaires des fonctionnaires depuis 2010 est devenu insupportable.

Cependant, si le versement d’une indemnité de 1 200 € constitue un plus financier (qui ne répond cependant pas aux revendications salariales), le SNUDI-FO se refuse à s’associer au marché de dupes dans lequel certains voudraient entrainer les enseignants du 1er degré.

Demander que cette indemnité soit versée à tous les enseignants du 1er degré est tout à fait légitime. Pour autant la carotte de l’ISAE pour tous ne saurait être un prétexte à faire accepter d’autres discriminations de traitements entre collègues. C’est par exemple le cas pour le passage à la hors classe. Ainsi le SNUDI-FO dénonce le fait que depuis plusieurs années, le ministère ne respecte pas ses propres engagements d’augmentation des pourcentages de passage.

La suite…


23.11.2016

communique_puech_23-11-16


18.11.16

Inspection des T2

Ou comment un syndicat devance les intentions du ministère !

Le SNUIpp-FSU, hier à l’avant garde de la réforme des rythmes scolaires, se fait aujourd’hui le chantre du protocole PPCR (Parcours Professionnels, Carrières, rémunérations) et du projet de réforme de l’évaluation des enseignants.

Face à la campagne d’information de FO, le SNUipp-FSU commence à reconnaître, ici et là que dans les futures modalités d’évaluation des points pourraient être problématiques.
« Problématiques », c’est le moins que l’on puisse dire… mais pour autant, comme pour les rythmes scolaires, le SNUipp-FSU persiste à soutenir cette nouvelle contre-réforme, dans la logique de son approbation de la loi de Refondation. 

Ainsi, alors même que les projets de décrets n’ont pas encore été soumis pour avis aux syndicats puisque la réunion du Comité Technique Ministériel est prévu le 5 décembre, le SNUipp-FSU « a fait valoir que dans le projet de réforme, le premier rendez-vous de carrière (nouvelle terminologie pour désigner l’inspection) intervenait au 6ème échelon et que par conséquent un accompagnement devait être mis en place pour les collègues débutants. » 

Le ministère s’est bien sûr fait un plaisir de répondre que «  l’inspection disparaîtrait dès cette année au profit d’un accompagnement renforcé », s’autorisant, de par l’attitude du SNUIpp-FSU, à contourner les textes existants qui organisent l’inspection des fonctionnaires pour y substituer, par anticipation, l’application des projets de textes qui instaureraient l’évaluation des enseignants. Et sans attendre, le ministère décide de mettre en œuvre des projets de décrets non encore promulgués et qui n’ont d’ailleurs pas été discutés au Comité Technique Ministériel.

La suite…


14.11.16

Inclusion scolaire

inclusionNotre dossier spécial (4 pages)

L’inclusion scolaire inscrite dans la Refondation condamne l’enseignement spécialisé à la disparition !

Dans le cadre de la loi de refondation, qui consacre l’inclusion des élèves en situation de handicap, le ministère confirme sa volonté de publier rapidement (d’ici décembre) une nouvelle circulaire sur les EREA, rénovant celle du 17 mai 1995, avec la même philosophie inclusive que la nouvelle circulaire qui prépare la disparition-dilution des SEGPA.
Comme pour l’ensemble de la loi de refondation, le ministère aborde ce dossier par les missions des agents au détriment du respect des statuts particuliers.

La suite…


14.11.16

CDEN du 14/11/16

Lire la déclaration de notre fédération, la FNEC-FP FO
pdf-icone

Le Compte-rendu
pdf-icone


14.11.16

LIVRET SCOLAIRE UNIQUE

Carnet de suivi en maternelle, livret Scolaire Unique Numérique (LSUN) en élémentaire

Les nouvelles modalités d’évaluation des élèves dégradent les conditions de travail des enseignants, portent atteinte à la liberté pédagogique individuelle et désorganisent les écoles

Nous en demandons la suspension immédiate !

En lien avec le socle commun et les nouveaux programmes, les nouvelles modalités d’évaluation des élèves se mettent en place : carnet de suivi en maternelle (effectif depuis l’an dernier) et livret scolaire unique numérique (LSUN) en élémentaire et au collège.

Ce nouveau dispositif doit être opérationnel d’ici les prochains mois, voire dès la fin du premier trimestre dans certains départements. Ce dispositif provoque d’ores et déjà de fortes tensions. Dans les départements, les collègues sont convoqués à des animations pédagogiques « obligatoires » et à des réunions de « formation », les directeurs et conseillers pédagogiques sont chargés de piloter le nouveau dispositif…

Prenez connaissance de notre dossier spécial 4 pages

–       Aggravation de la charge de travail et « formatage » avec les réformes en cours
–       LSUN : une véritable usine à gaz
–       Le directeur d’école assimilé à un chef d’établissement
–       Les parents invités à commenter le travail des enseignants
–       Atteinte à la liberté pédagogique
–       Les nouveaux programmes du socle commun : des « domaines de formation » organisés par cycle et déclinés localement pour en finir avec le principe de programme annuel défini nationalement…


07.11.16

Remplacement des enseignants

Attaques contre les statuts et pressions sur les personnels !

Dernière provocation en date de la ministre de l’éducation nationale : le 18 octobre dernier, elle a présenté des mesures très médiatisées sur le remplacement des enseignants. La ministre prévoit que ces mesures donnent lieu à des textes réglementaires fin 2016 pour s’appliquer dès 2017.
Pour répondre au problème du remplacement, comme la ministre prétend le faire, il faut des postes.
N. Vallaud Belkacem a-t-elle annoncé la création des postes nécessaires pour répondre aux besoins urgents ? On en est loin ! Ce qu’elle a annoncé se ramène à des mesures contre les personnels, contre leurs conditions de travail, leurs droits et garanties.

La suite…


03.11.16

LSUN (Livret scolaire unique numérique)

Non au fichage des élèves et à l’alourdissement des taches des personnels !
Respect de l’indépendance pédagogique individuelle !

Abandon du livret scolaire unique numérique

dossier 4 pages à télécharger

La suite…

pdf-iconeTÉLÉCHARGER LE COMMUNIQUÉ DU SNUDI-FO 53


03.11.16

Le ministère a transmis ses textes définitifs sur la transposition du protocole PPCR (parcours professionnels, carrières, rémunérations) aux personnels enseignants, d’éducation et d’orientation. Les modifications par rapport au projet sont homéopathiques : rien n’est changé sur les grilles indiciaires, les rythmes d’avancement et la classe exceptionnelle. Les modifications sur la grille d’évaluation ne changent rien au fond.
A six mois de la fin de son mandat, le gouvernement se presse de mettre en œuvre ce que le précédent avait voulu faire sans le pouvoir : remise en place de l’évaluation des personnels par compétences et entretien professionnel (le décret Chatel avait dû être abrogé par M. Peillon grâce à l’action commune des syndicats) et création d’un grade fonctionnel (GRAF) tout en annonçant une revalorisation qui n’est qu’un trompe-l’œil.

pdf-icone
COMMUNIQUE DE LA FNEC-FP FO


La suite…


03.11.16:

CHANGEMENT DE DÉPARTEMENT

Calendrier


17.10.16

PPCR et EVALUATION DES ENSEIGNANTS

La ministre veut aller très vite et publier les décrets avant la fin de l’année !

ppcr0001

Dans les écoles, nous vous invitons à prendre position en prenant par exemple pour modèle la motion adoptée lors de notre dernière AG ou en utilisant cette ébauche. (modifiable à souhait) Transmettez-nous vos prises de position par courriel. Plus elles seront nombreuses, et plus nous pèserons dans la bataille. Ces prises de position sont essentielles pour le combat qui nous oppose au projet d’évaluation, au PPCR, et plus largement à la casse du statut particulier des professeurs des écoles. 

La suite…


14.10.16

PPCR et EVALUATION DES ENSEIGNANTS

Evaluation des enseignants, aggravation et allongement des carrières, salaires: c’est la logique PPCR !

Nous alertons les collègues sur le danger que représente la mise en application du PPCR. Fort du soutien du SNUipp et du SE-UNSA le gouvernement fait un pas de plus vers la casse du statut particulier…

COMMUNIQUE SNUDI-FO et SUD Education de la Mayenne

Défense de l’école publique, du statut général, du statut particulier…Plus que jamais: Rejoignez le syndicat !


05.10.16

VISITE MÉDICALE

Le SNUDI FO de la Mayenne va tout mettre en œuvre afin d’obtenir la médecine de prévention pour tous les personnels du 1er degré:

DEMANDEZ LA VISITE MÉDICALE ANNUELLE auprès du Directeur académique

campagnemedecine01

Dans les faits, le ministère de l’Education Nationale s’est totalement émancipé de ses obligations fondées à la fois sur le Code du travail et les textes réglementaires de la Fonction publique. Plus aucun collègue ne bénéficie de visite médicale sur temps de travail en Mayenne. Il n’y a qu’un seul médecin de prévention pour la Mayenne et le Maine et Loire !

La médecine de prévention est un droit pour tous les personnels

La suite…


05.10.16

Où sont passées les 60 000 postes promis par le gouvernement ?

Après des années de disette budgétaire sous la droite (près de 80 000 postes supprimés), la gauche s’était engagée à « réinvestir dans les moyens humains » en créant 60 000 nouveaux emplois sur cinq ans.

Sur le papier, le compte est bon. 60 000 postes auront été créés dans l’éducation sur le quinquennat : 54 000 postes dans l’éducation nationale, 5 000 dans l’enseignement supérieur  et 1 000 dans l’enseignement agricole.

Sur le terrain, les moyens mis en œuvre ne sont pas visibles, comme le pointait le rapport du comité de suivi de la loi sur l’école, paru en janvier : professeurs non remplacées, classes trop chargées, recours à du personnel précaire pour pallier les besoins. Pourquoi ?

  • Tous les postes créés ne correspondent pas à des enseignants titulaires en plus dans les classes. Dans l’éducation nationale, près de la moitié des nouveaux moyens (26 000) sont en réalité des postes de stagiaires, dont le nombre est dû au rétablissement de l’année de formation en alternance que la droite avait supprimée en 2007.
  • Dans sa répartition, le ministère inclut aussi des personnels non enseignants – 600 personnels médico-sociaux et 450 administratifs –, ainsi que des contractuels – 4 250 emplois d’aide aux élèves handicapés et 2 150 assistants d’éducation (AED, principalement des surveillants).

Restent donc 20 600 postes d’enseignants titulaires : environ 10 600 dans le primaire, 7 850 dans le secondaire, 1 800 dans l’enseignement privé et 350 conseillers principaux d’éducation.

Mais une bonne partie de ces postes ont été « absorbés » par une démographie galopante (66 000 élèves de plus dans le primaire entre 2012 et 2016 ; 39 000 élèves supplémentaires à la rentrée 2015, 53 000 à la rentrée 2016 et 58 000 élèves de plus sont attendus en 2017 dans les collèges et lycées).

Il a également fallu reconstituer des bataillons cassés par l’ancienne majorité : RASED, remplacements…

Source : Le Monde, 28 septembre 2016


05.10.16

Retrait d’emploi de directeur :

L’affaire RISSO – jugement n° 1402578

« le Tribunal Administratif fait de cette affaire une des premières où un retrait de l’emploi d’un directeur d’école constitue une sanction déguisée».

Pour information

L’Actualité Juridique Fonctions publiques, Revue de jurisprudence et d’analyse (n° 5 – septembre-octobre 2016, Editions Dalloz) publie un Commentaire d’André LEGRAND, Docteur en droit, agrégé de droit public, Professeur émérite de l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense, ancien Recteur d’académie, ancien très haut fonctionnaire du ministère de l’Education Nationale…

du Jugement rendu par le Tribunal administratif de Nîmes, le 21 jan