Messages aux PE et AESH de la Mayenne, adressé le lundi 26 avril au matin :

6,7 millions d’élèves, 350 000 enseignants, des dizaines de milliers d’AESH et des milliers d’ATSEM reprennent la classe lundi 26 avril, le ministre annonce seulement 400 000 tests salivaires pour la semaine à venir et, peut-être, des autotests pour les personnels…

Lire le communiqué du SNUDI-FO 53 du 24 avril 2021


Chers collègues,

Il y a trois semaines, avant la décision du président Macron de fermer les écoles et de fusionner les trois zones de vacances, les écoles se trouvaient dans une situation chaotique du fait du manque de postes et de personnels pour faire face à la situation, ainsi que de l’insuffisance des mesures de protection pour les personnels.

A la veille de la rentrée du 26 avril dans les écoles, les mesures annoncées par le ministre sont loin de régler tous les problèmes.

Plutôt que d’annoncer le recrutement d’enseignants pour remplacer les personnels absents, le ministre indique que désormais, si un enseignant est absent et non remplacé, les élèves ne doivent pas être répartis dans les autres classes…

Pour le SNUDI-FO 53, s’il est inadmissible que les collègues doivent accueillir les élèves des collègues absents faute de remplaçants, il est tout aussi inadmissible de renvoyer les élèves chez eux !

Le ministère doit recruter immédiatement en réabondant les listes complémentaires du concours 2020. Les annonces sur la mise en place de capteurs de CO2 n’engagent absolument pas le ministre puisque cela relève des collectivités territoriales… et l’Administration, aux plans local et académique, a déjà expliqué qu’elle n’a pas autorité pour imposer quoi que ce soit aux élus locaux.

Quant aux tests salivaires dont le gouvernement n’est toujours pas en mesure d’en fournir en nombre suffisant pas plus que les autotests (2 par semaine par enseignant, promet-il), il ne s’agit en aucune manière d’un dépistage massif et efficace, d’autant que, sans les personnels de santé nécessaires, qui va assurer les tests salivaires auprès des élèves ? !

Enfin, en dépit des mobilisations qui ont eu lieu dans de nombreux départements, le ministre maintient l’avalanche de fermetures de classes prévues pour la rentrée prochaine !

Le « Quoi qu’il en coûte», si cher à Emmanuel Macron et à JM Blanquer, ce n’est pas pour l’Éducation Nationale ! Le SNUDI-FO 53 rappelle que le ministre Blanquer a rendu au ministère des Finances 600 millions d’euros de son budget 2020. De son côté, le président Macron annonce le recrutement de 10 000 policiers…

Les moyens existent mais le ministre persiste dans son refus de répondre aux revendications des personnels. Pour le SNUDI-FO, les personnels et les élèves n’ont pas à subir encore une fois la mise en danger de leur santé, la pagaille et la dégradation des conditions de travail et des conditions d’apprentissage.

Le SNUDI-FO 53 met aujourd’hui à disposition de tous les personnels de l’Education Nationale des écoles, plusieurs outils

1- Pour cette reprise, si vous estimez que votre santé est gravement mise en danger, que les conditions sanitaires ne sont pas remplies pour exercer vos missions, effectuez aussitôt un signalement de danger grave et imminent !

Pour comprendre comment utiliser le Registre Danger Grave et Imminent (RDGI) : la note RDGI du SNUDI-FO 53

Formulaire de signalement à télécharger ici à adresser à votre IEN avec copie au syndicat (pour nos représentants au Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de travail)

2- Si vous constater des dysfonctionnements qui impactent vos conditions de travail, votre santé ou votre sécurité, saisissez vous du RSST (registre santé sécurité au travail)

Pour comprendre comment utiliser le RSST : la note RSST du SNUDI-FO 53

Fiche RSST à télécharger ici à adresser à votre IEN avec copie au syndicat (pour nos représentants au Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de travail)

NB : N’oubliez pas que les parents peuvent également se saisir du RSST usager : fiche RSST à télécharger ici.

N’hésitez pas à contacter le syndicat à tout moment : chsct@snudifo-53.fr ou 06 52 32 30 45

3- Pas de remplaçant ?

Continuez de signaler toute absence non remplacée et faites nous part des conséquences sur l’organisation de l’école, sur vos conditions de travail, sur la sécurité, sur les responsabilités engagées…

Cette action nous a déjà permis d’intervenir à de nombreuses reprises auprès du DASEN, notamment en CHSCT, de pointer les dysfonctionnements, et de recenser ces situations (plus d’une centaine à ce jour, qui ne sont que la partie émergée de l’iceberg…). Vos retours permettrons à nouveau au syndicat d’intervenir.

4- Lettre aux parents

Conformément aux décisions prises par le bureau départemental, vous trouverez en PJ et en suivant ce lien, une lettre aux parents sur les conditions de la rentrée du 26 avril. Il est important de préciser que cette lettre n’a pas vocation à être diffusée via le cahier de correspondance.

Il est possible de la distribuer aux parents à la sortie de l’école, de la main à la main en cherchant à discuter avec les parents sur les conditions de cette rentrée et les initiatives possibles pour obtenir les recrutements et les protections indispensables.

Nous suggérons aussi de transmettre cette lettre aux responsables de l’APE de l’école.

Enfin il est important de discuter du contenu de cette lettre avec les collègues de l’école. Elle peut servir de base à un courrier des enseignants de l’école aux parents à partir des difficultés concrètes rencontrées. C’est pour cela que nous l’envoyons en format word en pièce jointe.

Merci de nous tenir au courant des réactions et des initiatives prises dans vos écoles.

Le SNUDI-FO réaffirme ses revendications :

– le recrutement immédiat d’enseignants fonctionnaires d’État et d’AESH à hauteur des besoins,
– l’annulation de toutes les fermetures de classes annoncées et la création des postes nécessaires pour abaisser partout les effectifs,
– la possibilité immédiate pour tous les personnels qui le demandent de se faire vacciner et de disposer de masques réellement protecteurs, conformes au Code du travail,
– le reconnaissance de la Covid-19 comme maladie professionnelle à laquelle les enseignants et AESH n’ont pas accès actuellement vu les conditions inouïes requises pour sa reconnaissance,
– le droit aux ASA pour tous les personnels vulnérables ou sans moyen de garde pour leur enfant,
– un vrai statut et un vrai salaire pour les AESH et l’abandon des PIAL,
– l’abandon du projet de loi Rilhac sur les directeurs d’école dont la finalité est de calquer le fonctionnement des écoles publiques sur celui des écoles privées, au détriment des droits statutaires actuels des personnels et de l’indépendance de l’École publique

Bon courage à toutes et tous pour cette énième rentrée particulière

Le bureau départemental du SNUDI-FO de la Mayenne


Sans recrutement, sans protection, sans test, sans vaccin…
Qui peut croire que les incantations du ministre permettront aux écoles de
reprendre normalement le 26 avril ?

A la veille de la reprise et depuis mercredi dernier, le ministre Blanquer prétend répondre aux inquiétudes des personnels et des familles en décrétant des mesures « sanitaires » : fermeture d’une classe dès le premier cas de COVID, généralisation de l’enseignement à distance, auto-tests pour les personnels et les élèves, capteurs de CO2, non-brassage des élèves avec les autres classes dès qu’un enseignant n’est pas remplacé…

En réalité, le ministre répond à l’exaspération, voire la colère des personnels et des enseignants, mais en ne s’exprimant qu’au travers d’annonces non-suivies d’effets, préférant ainsi jouer à la marelle plutôt que d’apporter des solutions et de répondre aux revendications des personnels.

En réalité, le ministre n’a rien anticipé, et depuis plus d’un an chaque étape a été marquée par des mensonges, des atermoiements, des contradictions. Le SNUDI-FO 53 n’a cessé de réclamer des masques, des tests, des vaccins, des recrutements statutaires. On nous a répondu que les masques et les tests étaient inutiles, que les élèves n’étaient pas contaminants, que les enseignants n’étaient pas prioritaires pour la vaccination, que des contractuels allaient être recrutés. 

6,7 millions d’élèves et 350 000 enseignants, des dizaines de milliers d’AESH et des milliers d’ATSEM reprennent la classe lundi 26 avril, le ministre annonce 400000 tests pour la semaine…

En réalité, le déploiement des tests salivaires n’est qu’une vaste opération de communication, et nous savons que des écoles pour lesquelles il y a des cas avérés ne disposent d’aucun test. Il ne s’agit en aucune manière d’un dépistage massif et efficace, d’autant plus que, sans personnels de santé, cela génère des difficultés supplémentaires pour les personnels.

En réalité, l’annonce de la vaccination des enseignants de plus de 55 ans est une non-mesure puisque, depuis le 12 avril, la vaccination a été élargie à toute personne de 55 ans et plus ! Après les annonces de vaccination pour les enseignants d’abord mi-mars, puis mi-avril et enfin mi-juin (3 semaines avant les congés d’été !), c’est une provocation de plus, un mépris supplémentaire de notre Ministre sur le compte de notre santé ! Depuis des mois, le SNUDI-FO exige la vaccination de tous les personnels volontaires, sans conditions d’âge.

En réalité, il n’y a aucun matériel de protection efficace à disposition, en particulier les masques FFP2 pour tous les personnels qui le souhaitent ; rappelons que les AESH ou les enseignants en maternelle sont particulièrement proches physiquement des élèves, qui n’ont parfois pas de masque.

En réalité, généraliser les demi-jauges en collège et en lycée, sans recruter des milliers de personnels revient à renvoyer des milliers d’élèves chez eux sans enseignement. C’est l’aggravation des inégalités pour les élèves. Par ailleurs les enseignants n’ont pas à assurer la double-besogne de la continuité pédagogique et le travail en classe en présentiel.

En réalité si les parents d’élèves sont dans l’impossibilité de garder leur enfant chez eux, aucune solution ne leur est apportée.

En réalité, rien n’est fait pour pallier le manque de remplaçants. Le ministre peut bien parler d’un hypothétique recrutement de 5 000 contractuels, la réalité jusqu’à maintenant, c’est qu’il n’a pas trouvé beaucoup de volontaires pour assurer des remplacements de courte durée, sans formation et sous-payés. En Mayenne, seuls 3 recrutements pour une courte période ont été possible avant le mois d’avril, sur une enveloppe totale de 21 postes !  D’ailleurs, le ministre indique que dans le 1er degré, si un enseignant est absent et non remplacé, les élèves ne doivent pas être répartis dans les autres classes… A l’hôpital, on refuse les malades faute de lits ; à l’école, on refuse les élèves faute de personnels !

La réalité, c’est que la pagaille dans les écoles, la dégradation des conditions de travail des personnels et des conditions d’apprentissage des élèves vont immanquablement se poursuivre !

Rappelons qu’en dépit des mobilisations, le ministre maintient les milliers de fermetures de classes et de suppressions de postes prévues pour la rentrée prochaine ! Et dans le même temps, il se vante de rendre des centaines de millions d’euros au budget ! Rappelons que sur les 600 milliards d’euros débloqués par le gouvernement au titre de son plan de relance (plus de 10 fois le budget annuel de l’Education Nationale, plus de 8 fois celui de l’ensemble des hôpitaux) au profit des entreprises qui continuent de licencier, pas un seul centime n’a été attribué aux écoles pour protéger les élèves et les enseignants !

Anticiper c’est créer les postes, annuler toutes les fermetures de classe et protéger les personnels et les élèves

Le SNUDI-FO 53 refuse d’opposer les personnels, entre ceux qui, pris dans des conditions épouvantables, demandent la fermeture de leur classe, font valoir leur droit de retrait, et ceux qui refusent que les établissements soient fermés. La seule issue pour sortir de l’impasse dans laquelle le ministre veut les enfermer, c’est la satisfaction de leurs revendications, à commencer par la mise en place d’un plan d’urgence qui permettra d’anticiper par le recrutement de personnels sous statut et par l’annulation de toutes les suppressions de postes.

MASQUES, TESTS, ÉQUIPEMENT DES CLASSES, VACCINATION, RÉDUCTION DES EFFECTIFS : SUBSTITUER À L’INCURIE, À L’IRRESPONSABILITÉ ET AUX OPÉRATIONS “ÉCRANS DE FUMÉE” DU MINISTÈRE, UNE VÉRITABLE POLITIQUE DE PROTECTION DES PERSONNELS ET DES ÉLÈVES.

                             Laval, le 24 avril 2021