CORONAVIRUS

COVID-19 : des questions, des réponses

ENQUÊTE : PRÉSENCE DU MATÉRIEL DE PROTECTION DANS LES ÉCOLES

Compte de l’entrevue avec l’IA (23.03.20) (envoyé aux adhérents et sympathisants)


Communiqué du SNUDI-FO 53 du 22.03.20


La FNEC-FP FO, CGT et FSU demandent la tenue d’un CHSCT dédié à la gestion de la crise COVID-19 dans le département et à la protection des personnels.
Nos organisations demandent le report des opérations de carte scolaire, le contexte ne permettant pas la défense des écoles.
L’UNSA ne souhaite pas s’associer.
Lire le courrier de l’intersyndicale adressé au DASEN


Compte de l’entrevue avec l’IA (19.03.20) (envoyé aux adhérents et sympathisants)


Nous invitons les écoles « ouvertes » et accueillants des élèves du personnel soignant à compléter cette enquête rapide afin de recenser plus précisément les collègues non protégés et la présence du matériel de protection.


Communiqué SNUDI-FO 53 du 17.03.20



En guerre… sans protection ? 

Pour le SNUDI-FO, la priorité du ministre, du Recteur ou du DASEN, dans la situation présente devrait être de PROTÉGER les PERSONNELS… avant de s’occuper de « continuité pédagogique » !

La consigne « rester le plus possible chez soi » pour éviter d’aggraver la propagation du virus doit s’appliquer à tous les personnels de l’Éducation Nationale !

LE SNUDI-FO 53 PREND SES RESPONSABILITÉS ET A LANCÉ LUNDI UNE PROCÉDURE D’ALERTE AUPRÈS DU DASEN
LE SNUDI-FO 53 INVITE LES PERSONNELS A SE PRÉSERVER ET A PRÉSERVER LEURS PROCHES EN RESTANT CHEZ EUX

Dans toutes les écoles où des collègues volontaires assurent la scolarisation d’enfants de personnels soignants, FO revendique que soient fournis immédiatement des masques de protections, du gel hydroalcoolique, des lingettes jetables, des gants pour protéger les enfants ET les enseignants et que tout collègue pris de fièvre et de toux bénéficie immédiatement d’un test au coronavirus… et non pas simplement renvoyé chez lui !

Mardi 17.03, 11h30 : Nous attendons toujours des consignes claires du directeur académique.

Les outils utiles :
Fiche de RDGI (registre danger grave et imminent) à compléter avec le syndicat
Fiche RSST (registre santé et sécurité au travail)


Face à la situation totalement inédite, le SNUDI-FO 53 s’emploiera à répondre aux interrogations légitimes des personnels, au fur et à mesure de l’envoi de nouvelles consignes ministérielles, académiques ou départementales.

Modèle de courriel à l’IEN pour les directeurs (garde d’enfant du personnel soignant)

Fiche de déplacement dérogatoire (formulaire pdf à compléter)

Lundi 16 mars, FO lance une procédure d’alerte

Communiqué du SNUDI-FO 53 du 15.03.20 (16h45)

Communiqué FNEC-FP FO du 15.03.20 (15h30)

Email envoyé par le SNUDI-FO à l’IA (15.03.20 matin)

Courrier FNEC-FP FO du 15.03.20 suite à l’intervention du ministre sur France Info

Communiqué FNEC-FP FO du 14.03.20 (21h)


Compte rendu audience rectorat de vendredi soir (13.03.20)

Compte rendu audience ministère de vendredi

Attestation de garde d’enfant à domicile

Lignes directrices pour la garde d’enfants des enseignants

Formulaire ASA (autorisation d’absence)


Les consignes évoluant d’heure en heure, il est évident que les informations d’aujourd’hui ne seront pas celles de demain.Le SNUDI-FO vous tiendra informé de l’évolution de la situation durant le weekend. Contacter le syndicat pour toutes questions

Courriel du 13.03.20 envoyé aux adhérents et sympathisants (recevoir ces informations ?) :

Chers collègues,
Beaucoup de questions se posent après l’annonce de la fermeture des écoles. De nombreux collègues s’interrogent sur leurs obligations de service à compter du lundi 16 mars.

Comme nous l’avons indiqué hier dans notre communiqué, « ne pas confondre recommandations, consignes et obligations statutaires »…

Notre organisation est reçue en ce moment au ministère, et nous aurons d’autres informations à communiquer durant le weekend. La page dédiée sur notre site sera actualisée au fur et à mesure des informations dont nous disposerons.

Nous avons eu le DASEN par téléphone aujourd’hui, afin notamment de demander des précisions suite à l’envoi des messages dans les écoles de l’IEN adjoint (L. Drault) et des IEN de circonscription.

Voici quelques premiers éléments sur la conduite à tenir à partir de lundi matin. La situation risque d’évoluer très vite selon les mots mêmes du directeur Académique :

  1. Pour l’administration tous les enseignants doivent se rendre dans leur école lundi matin. (« Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse a précisé ce matin que les écoles étaient fermées pour les élèves uniquement. »)
  2. Pour l’administration les enfants des personnels soignants doivent être accueillis par les enseignants à l’école. (« Un service de garde est mis en place dans les écoles et les collèges pour l’accueil exclusif des enfants des personnels soignants qui exercent à l’hôpital, en ville ou dans des établissements médico-sociaux à partir du lundi 16 mars. »)
  3. Comme tout autre salarié, les enseignants qui devront garder leurs enfants et ne pouvant se rendre sur leur lieu de travail lundi doivent remplir une demande d’autorisation spéciale d’absence (ASA) et l’adresser au secrétariat de leur circonscription avec en pièce jointe une copie du livret de famille. Cette autorisation étant de fait, il ne faut pas attendre de réponse à la demande. Vous n’irez pas à l’école lundi. Nous vous adressons un formulaire en PJ. Vous pouvez si vous le souhaitez adresser une copie au syndicat.
  4. Pour l’administration il n’est pas possible de mettre en place une permanence pédagogique « tournante ». Tous les collègues doivent être présents lundi sur leur école sauf ceux autorisés à garder leurs enfants.
  5. Pour l’administration, tout enseignant qui reste à son domicile pour garder ses enfants reste en situation de « télétravail ». Nous n’avons pas encore d’informations sur les modalités de mise en œuvre de cette modalité.

Le SNUDI-FO 53 a soulevé de nombreuses interrogations restées sans réponse.

Pour l’accueil des enfants de personnels de santé : Qui vérifie la profession des parents ? Quelles professions sont concernées ? (infirmières libérales, …)
Dans le cas d’une école ou tous les collègues sont absents pour garde d’enfants, comment sont accueillis les enfants des personnels de santé ?

Sur la question du télétravail, le SNUDI-FO 53 a déjà interpellé le DASEN sur cette question hier. Il ne saurait être question d’aller contre nos garanties statutaires. A la lecture de la réglementation en vigueur (décret n°2016-151 du 11/02/16, arrêté du 3 avril 2018 et guide 2016 relatif au télétravail du ministère de la fonction publique), aucune condition à ce jour n’est remplie pour que mettre en place ce dispositif dans le département de la Mayenne. De plus aucun CHSCT n’a été consulté à ce propos en contradiction totale avec l’article 57 du décret 82-453.

En cas de doute, contacter le syndicat, nous restons de permanence pendant le weekend.

Stève : 0652323045
Fabien : 0674377352

Bon courage à tous,
Amicalement
Stève Gaudin, pour le SNUDI-FO de la Mayenne


Le SNUDI-FO 53 invite tous les collègues se sachant particulièrement « fragiles » ou « à risque » (femmes enceintes, immunodéficient, asthmatique…) à prendre contact rapidement avec la médecine préventive ou à défaut avec leur médecin traitant.


Covid 19 et PCA (plan de continuité pédagogique)
le communiqué du SNUDI-FO 53 (12 mars 2020)
le courrier au DASEN (12 mars 2020)


Le SNUDI-FO 53, suite à la CAPD du 5 mars, a écrit au DASEN (lire notre courrier) pour lui rappeler :

  • Que les directeurs n’avaient pas de compétence médicale pour évaluer quels élèves ou personnels présenteraient une suspicion d’atteinte par le COVID-19 ou lesquels présenteraient une atteinte confirmée.
  • Que le service de médecine scolaire devait être en capacité d’effectuer de tels recensements pour les élèves, et non aux directeurs d’école. Quant aux personnels, c’est à la médecine préventive, dont nous connaissons le manque criant de moyen, d’assurer cette mission.

Nous lui avons également demander de rappeler aux personnels les procédures à suivre par des consignes claires, et de s’adresser aux collectivités pour que soient fournis savons et/ou gels hydroalcooliques à hauteur des besoins dans les écoles du département, serviettes à usage unique… pour permettre en particulier tous les « gestes barrières » préconisés.

Lors de nos échanges, le DASEN nous confirme que les directeurs d’école ne sont aucunement dans l’obligation d’un recensement exhaustif et quotidien des situations. Pour le reste, l’IA nous renvoie à la FAQ (foire aux questions) du ministère, se dédouanant ainsi de ses responsabilités en matière de protection et de prévention.

C’est pourquoi, nous lui avons à nouveau écrit, le 10 mars (lire notre courrier), en précisant nos demandes et en les complétant notamment avec les personnels à risque.

Suite à nos interventions, nous constatons :

– qu’un point a été ajouté à l’ordre du jour du CHSCT, comme nous le demandions dans notre courrier
– que le DASEN s’est adressé aux collectivités comme nous le lui demandions (par la voie préfectorale) au sujet de la fourniture des savons et serviettes à usage unique
– que le DASEN reconnait que c’est bien à la médecine de prévention d’assurer les recensements, mais « qu’à défaut » le médecin traitant peut s’en occuper


CORONAVIRUS : A propos des recommandations du Rectorat de Nantes

Ce courrier reprend les mises à jour des recommandations du Ministère des Solidarités et de la Santé (MSS) et demande que les enfants revenant « de Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao), de Singapour, de Corée du Sud, ou des régions de Lombardie et de Vénétie en Italie », ne soient pas « envoyés à la crèche, à l’école, au collège ou au lycée pendant les 14 jours qui suivent leurs retours. »

Courrier de la FNEC-FP FO de l’académie au recteur

Le SNUDI-FO 53 fera en sorte que tous les jours soient bien payés et qu’aucun jour de carence ou retrait de salaire ne serait effectué puisqu’ils restent à leur domicile, en congé d’office, sur demande de leur hiérarchie, conformément au décret 86-442.

Procédure à suivre :

Pour les enseignants/AESH concernés par ces mesures :

1/ Se signaler avant lundi 2 mars (rentrée) auprès de son IEN de circonscription.

2/ Une interruption de travail sera délivrée par l’Agence Régionale de Santé et votre IEN vous délivrera un formulaire spécifique à lui retourner.

3/ Vous serez placés en « Autorisation d’Absence Exceptionnelle » et votre traitement sera assuré, sans ponction de jour de carence.

Pour les élèves concernés par ces mesures :

1/ Les parents ne doivent pas amener leurs enfants en classe : ils ne doivent pas être accueillis à l’école, quelque soit le motif invoqué par les parents !

2/ Si les parents refusent de se conformer aux mesures préconisées, il faut alerter immédiatement l’IEN.

3/ Si l’enfant présente des signes grippaux (gêne respiratoire, fièvre…), il faut l’isoler des autres élèves, prévenir les parents et expliquer « fermement » que l’enfant doit être récupéré rapidement.

3/ En cas de refus des parents, alerter l’IEN et appeler le 15 (SAMU)

Si vous pensez avoir été en contact avec un élève ou un adulte qui aurait pu être exposé dans les zones à risque :

1/ Signaler immédiatement le ou les cas à votre IEN

2/ Contacter le syndicat (0652323045) pour la rédaction une fiche DGI (Danger Grave et Imminent) 

3/ Si le risque est bien avéré, il est indispensable de cocher la case « avec droit de retrait » et de ne pas accueillir vos élèves, dans l’attente des consignes de votre hiérarchie.

Dans tous les cas, contactez le syndicat qui veillera à vous couvrir en cas de soucis avec votre hiérarchie.

Coronavirus : L’Ecole est-elle vraiment prête ?

Le premier mort français du coronavirus est un professeur du secondaire de l’Oise qui n’a pas voyagé dans des zones à risque. Et ce n’est peut-être pas par hasard. Les enseignants pourraient être au premier rang des victimes potentielles de la maladie. JM Blanquer affirme que « nous sommes préparés en cas d’épidémie » et évoque un programme national d’enseignement à distance. Faut-il envisager de fermer les écoles en cas de pandémie ? L’éducation nationale est-elle réellement prête à lancer un programme national d’enseignement à distance ? Comme en 2009, lors du H1N1, le coronavirus pourrait bien être un révélateur des réalités de l’Ecole. 

Alors pour le ministre, tout va bien, et nous sommes prêts face à une épidémie. Mais que pense t-il du suivi médical des personnels et de la médecine de prévention ? A ce jour, aucun CHSCT n’a été informé des situations. Et la Médecine scolaire (Quasi inexistante) ? Ce sont alors aux directeurs et aux enseignants de mener l’enquête pour savoir qui est allé dans une zone à risque ?

Cerise sur le gâteau : nous sommes prêts pour l’enseignement à distance: au delà de savoir qui paye le matériel ou la connexion, ne verriez vous pas Monsieur le ministre le coronavirus comme une opportunité ? Après les situations explosives dans des classes surchargées, une carte scolaire qui s’annonce sanglante, et le recours accru aux contractuels, l’inscription de millions d’élèves dans des classes virtuelles ferait certainement votre affaire.
Lire le courrier de la FNEC-FP FO au ministre