Face au rejet massif qui s’est exprimé le 13 janvier, le gouvernement est contraint de faire des annonces… qui ne répondent pas aux revendications exprimées !
Pourtant, cette situation ne peut plus durer !

La grève du 13 janvier a réuni près de 1000 manifestants à Laval.

Interview de Stève Gaudin, secrétaire départemental sur L’autre Radio (à partir de 3’18)

En Mayenne, une soixantaine d’écoles étaient totalement fermées et plusieurs autres à plus de 70% de grévistes !

Au vu de la situation actuelle, ce rapport de force démontre bien toute la colère qui monte dans les établissements face à des protocoles plus inapplicables les uns que les autres, le manque de moyens humains, de protection et financiers, le mépris du gouvernement et du ministère. Il démontre la force du collectif, et le poids que nous pouvons mettre ensemble dans l’action.

Intervention FO devant la préfecture

Une délégation intersyndicale, FO, FSU, CGT, UNSA a été reçue par le préfet de la Mayenne et le directeur académique, qui n’ont apporté aucune réponse aux revendications légitimes des personnels en grève.

Lire le compte rendu audience préfecture

Le SNUDI-FO 53 vous appelle à vous réunir, dans vos écoles, dans vos secteurs, lors de la prochain réunion en visio mardi 18 janvier à18h pour décider ensemble des suites de cette mobilisation contre les protocoles Blanquer qui génèrent le chaos dans les écoles et les établissements, contre les ordres et contrordres permanents, contre le manque de postes et de personnels, contre la paupérisation de nos salaires, …

Le syndicat propose une nouvelle réunion mardi prochain à 18h. Cette réunion est ouverte à tous.

INSCRIPTION A LA REUNION

Ne nous laissons pas enfumer ! A part quelques miettes et de vagues promesses, nous n’avons rien gagné ! 5 millions de masques pour plus d’un million de personnels, de quoi tenir 5 jours ! Mais ces quelques miettes, et ce changement de ton, sont le signe que nous sommes en position de force pour faire entendre nos revendications. Alors continuons !

En effet, les annonces du gouvernement n’apaisent en rien la colère des personnels qui s’amplifie suite aux mesurettes proposées ! Beaucoup nous ont fait part de leur amertume suite à ces annonces.

Qu’a annoncé le premier ministre ? Répond-il aux revendications ?

– Sur la question des postes et des recrutements immédiats, des enseignants seront recrutés sur la liste complémentaire dans le 1er degré en tant que fonctionnaires. FO, qui porte cette revendication depuis des mois, prend acte de cette annonce mais constate qu’elle ne concerne que le 1er degré et que, malgré ses demandes réitérées au 1er ministre, elle reste non chiffrée. De plus il n’est pas question de réabonder ces listes complémentaires, alors qu’elles sont inexistantes dans de nombreux départements.
Ce qui est chiffré par contre ce sont les emplois précaires et sous-payés que le ministre entend multiplier :
– 3 300 contractuels « pour la période à venir » ;
– 1 500 AED « jusqu’à la fin de l’année scolaire » ;
– 1 500 vacataires pour l’aide administrative.
Bref, la précarisation de l’Education nationale se poursuit…

– Aucune annonce sur la question salariale malgré les revendications portées par la FNEC FP-FO devant le 1er ministre ! Alors que le point d’indice est gelé quasiment sans interruption depuis 2010, que les fonctionnaires ont perdu 21% de leur pouvoir d’achat depuis 2000, que les hospitaliers ont pu obtenir une augmentation indiciaire nette de 183€ par mois… toujours rien pour les personnels de l’Education nationale mis à part la réactivation jusqu’au mois de février de la prime pour l’accueil des enfants prioritaires ! Inacceptable !

– Le 1er ministre confirme le maintien du protocole Blanquer, qui sera donc sans doute bientôt suivi d’une 51ème puis d’une 52ème version tout aussi inapplicables que les précédentes. Il promet la livraison de masques chirurgicaux pour fin janvier, ce que l’on savait déjà, et des masques FFP2 pour les enseignants de maternelle.

– Le ministre confirme le report des évaluations nationales. Nous ne voulons pas du report, nous voulons l’abandon de ces évaluations !


Pour le SNUDI-FO 53, le compte n’y est pas et ces réponses ne sont pas à la hauteur de la colère qui s’est exprimée ce 13 janvier.

Mettons la pression sur notre ministre en mettant en avant les revendications claires car ce n’était pas une grève « contre le virus » comme l’indique le ministre avec son mépris habituel, mais une grève pour exiger :

– L’augmentation de la valeur du point d’indice et l’octroi de 183€ nets indiciaires par mois pour les personnels de l’Education nationale, comme l’ont obtenu les hospitaliers.

– L’arrêt des protocoles inapplicables qui sèment un désordre indescriptible dans les écoles et établissements ;

– Des recrutements immédiats de personnels sous statut pour assurer le remplacement des enseignants absents et alléger les effectifs, l’annulation des suppressions de postes ;

– De réelles mesures de protection pour les personnels ;

– L’arrêt de toutes les pressions pour contraindre les personnels à effectuer l’enseignement à distance ;

Le SNUDI-FO 53 invite tous les personnels à envoyer leur déclaration d’intention de grève pour les jours restants de la période. Si cette déclaration ne présage pas d’une grève effective, elle permet de surmonter l’obstacle des 48h. C’est aussi un signe fort à envoyer à notre administration et cela vous permettra de vous mettre en grève à tout moment.

Nous avons conscience qu’être en grève coûte de l’argent et que la paupérisation de nos salaires est un frein. N’oublions pas que la perte d’aujourd’hui sera un gain pour le futur ! Le SNUDI-FO 53 va remettre à disposition de ses adhérents une caisse de solidarité. Pour la journée d’hier, la caisse est réservée aux AESH adhérents grévistes.

Si le gouvernement ne répond pas : la question de la manifestation nationale en direction de Messieurs Macron, Castex ou Blanquer n’est-elle pas à l’ordre du jour ?