Rentrée 2019

Rentrée scolaire, rentrée sociale !

Le gouvernement et le ministre de l’Education nationale font feu de tout bois dans une communication annonçant «l’acte 2 du quinquennat» qui changerait radicalement l’acte 1 : «écoute, modestie, horizontalité… » !
MAIS La réalité des semaines qui viennent de s’écouler c’est la publication de la loi Blanquer sur «l’école de la confiance», c’est la publication de la loi Dussopt‐Darmanin de transformation de la fonction publique, c’est la publication du rapport Delevoye pour un système universel de retraites par points. La réalité c’est la grève qui s’est étendue dans les services d’urgence pour les salaires et les conditions de travail, c’est la mobilisation inédite des correcteurs du baccalauréat jusqu’à la mi‐juillet, c’est le conflit des sapeurs‐pompiers et dans les Finances publiques. Après avoir brutalement réprimé tous les mouvements de résistance des salariés et des citoyens contre sa politique, le Président de la république et ses ministres affichent «un souci constant pour la concertation». S’agit‐il d’entendre enfin ce qui s’exprime et de négocier sérieusement avec les organisations syndicales ? Ou s’agit‐il de contraindre les organisations syndicales à discuter la mise en œuvre de projets et de lois qu’elles combattent et que les salariés n’acceptent pas ?

Pour le SNUDI-FO de la Mayenne, il n’y a rien à attendre de ces « concertations » puisque tout est déjà engagé !

  • Promulgation de la loi de transformation de la fonction publique: nous n’accepterons pas le sabordage programmé des commissions administratives paritaires (CAPD) livrant les personnels à l’arbitraire pour la gestion de leur carrière (mouvement, promotions). Lire le communiqué FGF-FO ce propos
  • Concernant les salaires: les maigres miettes issues du protocole PPCR annoncées très médiatiquement par le ministre ne font que renforcer la revendication de revalorisation et de rattrapage de la valeur du point d’indice bloquée depuis 10 ans.
  • Concernant la loi Blanquer et la réforme du bac et du lycée, aucun groupe de travail ni comité de suivi ne pourra entamer la volonté des personnels de défendre l’école, de défendre leurs missions, de défendre leurs conditions de travail et leurs garanties statutaires.

Dans le cadre des suppressions de postes des personnels administratifs et de CAP 22 il manquera un poste de secrétaire de circonscription de la DSDEN 53. Évidemment les conséquences sur les conditions de travail de tous les personnels (administratifs et enseignants), sur l’organisation des services et sur les conditions d’accueil des élèves ne seront pas indolores.

Retraites :
Organisons le rassemblement du 21 septembre à Paris, tremplin pour préparer la grève !

L’Union départementale FO organise un départ en cars de Laval (arrêt à Vaiges) à 8h30 (retour vers 19h)
Inscriptions

Nous ne voulons pas du régime universel par points, ni de la baisse des pensions. Nous voulons conserver le code des pensions civiles et militaires. Le SNUDI-FO 53 avec son UD est engagé dans la préparation du rassemblement du 21 septembre à Paris, à l’initiative de la confédération FO pour le retrait du rapport Delevoye. De quels paramètres d’application discuter pour une réforme qui, a minima, réduirait de 25% le montant des pensions des fonctionnaires d’Etat que sont les personnels de l’Education nationale ?

Précisions

Mouvement :
Défendre le droit à mutation !

Carte scolaire :
Pour l’ouverture de tous les postes nécessaires et de la liste complémentaire ! Le SNUDI-FO 53 établi le cahier de revendications avec les collègues, et défendra toutes et chacune des demandes d’ouverture et d’annulation de
fermeture.

Maternelle :
Le SNUDI-FO attire l’attention des collègues sur les nouveaux textes qui régissent l’école maternelle et les personnels qui y exercent (n°2019-822 ;
n°2019-823 ; n°2019-824 ; n°2019-825; n°2019-826) :
● remise en cause de nos garanties statutaires (formations communes PE/ATSEM) ;
● remise en cause de l’école maternelle publique et laïque (scolarisation dans les jardins d’enfants, scolarisation dans des structures assimilées à des
écoles privées hors contrat) ;
● remise en cause des conditions de travail des personnels (école à la carte pour les PS).

* Pour info : FO et la CGT ont voté contre ces décrets lors du CSE du 13 juillet ; le SE UNSA et la CFDT ont voté pour ; la FSU s’est abstenue ;

Lire notre article du 4 juillet 2019

PIAL et inclusion scolaire :
Combattre l’accélération de l’inclusion scolaire systématique et défendre le droit à l’enseignement adapté en fonction des besoins
Le SNUDI-FO intervient contre la remise en cause du droit à l’enseignement adapté, la dégradation des conditions de travail des personnels confrontés à l’inclusion systématique, les suppressions de postes d’AESH que ne manquera pas d’entrainer le dispositif PIAL.

Lire notre article du 27 juin 2019

Prérentrée et journée de solidarité:
L’arrêté du 24 juillet 2018 précise : « deux demi-journées (ou un horaire équivalent), prises en dehors des heures de cours, pourront être dégagées, durant l’année scolaire, afin de permettre des temps de réflexionet de formation sur des sujets proposés par les autorités académiques. »
Le SNUDI-FO rappelle que :
●« pourront » ne signifie pas « devront » !
●« deux demi-journées (ou un horaire équivalent) prises en dehors des heures de cours » signifie dans le cadre des obligations de service pendant les heures de concertation réglementaires. Le travail gratuit et le bénévolat ne figurent ni dans notre statut ni dans les décrets définissant nos obligations de service !
●La formation continue relève des 18 h prévues dans nos ORS par le décret de 2017.
Par ailleurs, le SNUDI-FO s’oppose au travail gratuit imposé le lundi de Pentecôte « un jour sans école dit de solidarité ».

Évaluations CP :
Non aux sanctions, pour la défense de la liberté pédagogique !
En l’absence de texte réglementaire, ces évaluations ne sauraient revêtir de caractère obligatoire. Le SNUDI-FO national s’adresse aux autres organisations syndicales pour intervenir en ce sens auprès du ministère.

Dispositif « petit déjeuner à l’école »:
Expérimenté en 2018-2019 dans des écoles de 27 départements, ce dispositif est annoncé comme devant être généralisé à toutes les écoles REP REP+ à la rentrée 2019.
Au vu des problèmes posés, le SNUDI-FO réaffirme que les obligations de service des PE ne sont pas modifiées et que l’organisation de ce dispositif ne peut en aucun cas aboutir à contraindre les collègues à prendre leur service avant le début de la classe. De même, les enseignants bénéficient de la liberté pédagogique dans le cadre des programmes nationaux d’enseignement qui ne peut être remise en cause par l’organisation de ce
dispositif.

Rythmes scolaires, congés scolaires :
4 jours sur 36 semaines pour tous ! dans la perspective de l’abrogation des décrets Peillon-Hamon-Blanquer et du rétablissement des 4 jours pour
tous.
Le SNUDI-FO alerte sur l’attaque répétée du gouvernement sur les congés scolaires en visant une modification des 5 périodes, des congés intermédiaires et de réduire les vacances d’été. Le SNUDI-FO revendique le maintien des congés dans le cadre d’un rythme unique.

PPCR : combattre l’arbitraire
Le SNUDI-FO rappelle que les appréciations du DASEN paraissent dans les 2 semaines suivant la rentrée et que les personnels disposent de délais très restreints pour contester. Les collègues qui souhaitent constester les contenus des rapports, peuvent s’organiser avec le SNUDI-FO qui les accompagnera dans la rédaction des recours nécessaires et pour les porter à l’IA.

« Abandon de PPCR, source d’arbitraire et de division entre les personnels ! 
»

Modalités des rdv de carrière pour 2019-2020